Hiddink : une saison blanche et sèche

le
0
Hiddink : une saison blanche et sèche
Hiddink : une saison blanche et sèche

Dix petits mois et puis s'en va. Incapable de faire jouer les Pays-Bas dans le bon sens, Guus Hiddink a décidé de quitter son poste de sélectionneur. Même si le choix de Hiddink s'annonçait prometteur, le constat d'échec n'est finalement pas si surprenant. On ne peut pas gagner à tous les coups, Guus !

"Je suis désolé que ça se soit passé comme ça. Ce fut un honneur pour moi de coacher une nouvelle fois la sélection nationale des Pays-Bas et je souhaite à mon successeur, aux dirigeants et aux joueurs le meilleur pour le parcours qui mène jusqu'à la Coupe d'Europe 2016 en France." Ce qui n'était plus qu'un secret de polichinelle depuis de longues semaines, circulant dans les couloirs de la KNVB à Zeist, a été officialisé lundi soir : Guus Hiddink n'est plus sélectionneur de l'équipe des Pays-Bas, dix mois seulement après avoir pris ses fonctions au sortir de la Coupe du monde 2014, en remplacement d'un Louis van Gaal en partance pour Manchester United. Le 12 juin dernier, malgré une victoire 2-0 des Oranje face à la Lettonie en éliminatoires de l'Euro 2016, le technicien batave avait signifié à sa Fédération "vouloir prendre du recul par rapport à l'équipe nationale" tout en se laissant le temps de la réflexion pendant ses vacances en France. La KNVB, elle, était prête à lui offrir un rôle de "consultant senior" des Oranje, tandis que son assistant Danny Blind récupérait l'opérationnel de la sélection. Mais non. Lundi soir, ce bon vieux Guus a définitivement tiré un trait sur cette mauvaise expérience. Mais honnêtement, aurait-elle pu être bonne ?

50% de défaites


En août 2014, les Néerlandais flottent encore dans l'ivresse d'une inattendue demi-finale de leur équipe nationale au Mondial brésilien. Louis van Gaal devient l'espace de quelques jours aussi important que le roi Guillaume-Alexandre lui-même, érigé en génie tactique depuis qu'il a évolué en 5-3-2 interchangeable, puis fait entrer Tim Krul sur un coup de bluff. Parce qu'il faut faire tout aussi bien, si ce n'est mieux, à l'Euro français dans deux ans, la KNVB a la bonne idée de nommer celui qui, avant Van Gaal, fut le dernier en date à être parvenu à amener les Oranje dans le dernier carré mondial. En 1998 et en France, déjà : Guus Hiddink. Un choix qui paraît logique, judicieux, d'autant plus qu'en quinze ans, le natif de Varsseveld s'est forgé une réputation d'exhausteur d'équipe nationale, entre la Corée du Sud et l'Australie, en passant par la Russie.

Dix mois de gueule de bois plus tard, la nomination de Guus Hiddink sélectionneur national a de méchants airs de fausse bonne idée : en dix matchs, les Oranje ont gagné quatre fois. Et perdu…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant