Hidalgo prend ses distances avec l'exécutif

le
0
La candidate PS à Paris craint de subir le contrecoup de la mauvaise image du président et du gouvernement.

En septembre 2012, François Hollande remettait la Légion d'honneur à Anne Hidalgo. Le chef de l'État avait alors prononcé des paroles d'affection, révélant que la première adjointe du maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, avait été invitée à rejoindre le gouvernement. Après avoir hésité, et sous la pression de Delanoë, Hidalgo avait décliné pour se consacrer entièrement à Paris...

Un an plus tard, la candidate socialiste à la mairie de Paris ne regrette pas ce choix. Anne Hidalgo a construit un véritable rempart entre l'exécutif national et la capitale. Une façon de se protéger de l'extrême chute de la cote de popularité du chef de l'État et du gouvernement. Le 10 novembre, elle s'exprime assez durement, soulignant sur Europe 1 qu'il faudrait à la tête du pays «une équipe plus resserrée, plus à la tâche, plus mobilisée, une vraie équipe politiqu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant