Hidalgo et Huchon demandent la circulation alternée à Paris

le
0
CIRCULATION ALTERNÉE DEMANDÉE À PARIS
CIRCULATION ALTERNÉE DEMANDÉE À PARIS

PARIS (Reuters) - La maire de Paris et le président de la région Ile-de-France ont demandé jeudi à l'Etat de prendre des mesures d'urgence, dont la circulation alternée, face à la perspective d'un nouveau pic de pollution vendredi pour le quatrième jour consécutif.

L'organisme de surveillance AirParif prévoit la poursuite vendredi du pic de pollution à l'ozone qui affecte la capitale française depuis trois jours, un phénomène susceptible d'être aggravée par la canicule.

Dans un communiqué, Anne Hidalgo et Jean-Paul Huchon demandent à l'Etat de mettre en place "dès vendredi" la circulation alternée, le contournement de l'Ile-de-France par les poids lourds de transit et la réduction des vitesses sur les autoroutes et les voies rapides.

La Ville de Paris maintiendra pour sa part la gratuité du stationnement résidentiel.

La décision d'imposer la circulation alternée est prise par un arrêté inter-préfectoral quand plusieurs départements d'Ile-de-France sont concernés et dans deux cas de figure.

Le premier est un dépassement du seuil d'alerte de 80 microgrammes de particules PM10 par mètre cube d'air. L'autre est le dépassement depuis deux jours du seuil d'information (50 microgrammes), quand ce phénomène risque de se prolonger deux jours supplémentaires.

Seules Paris et 22 communes de plusieurs départements d'Ile-de-France sont concernées par la circulation alternée, en fonction du caractère pair ou impair de l'immatriculation.

Toute infraction est passible d'une amende de 22 euros si elle est réglée immédiatement, 35 euros au-delà de trois jours.

Il est possible de rouler avec une voiture électrique, hybride ou GPL et, en cas de covoiturage, avec au minimum trois personnes.

La dernière mise en oeuvre de la circulation alternée à Paris et en Ile-de-France remonte au 23 mars. Son application n'avait duré qu'un jour et avait donné lieu à une passe d'armes entre Anne Hidalgo et la ministre de l'Ecologie. Ségolène Royal s'était dite hostile à toute "décision intempestive".

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant