« Hibou » : Ramzy dans la peau d'un Grand-duc

le
0
Ramzy Bédia et Philippe Katerine dans le film français de Ramzy Bédia, « Hibou ».
Ramzy Bédia et Philippe Katerine dans le film français de Ramzy Bédia, « Hibou ».

Pour son premier film comme réalisateur, Ramzy Bédia met en scène des personnages déguisés en peluches géantes dans une comédie décousue.

L’avis du « Monde » – pourquoi pas Ramzy Bédia, moitié du tandem farfelu Eric et Ramzy, signe son premier long-métrage. Une manière, sans doute, d’affirmer sa singularité à côté de son partenaire qui vient de diriger, quant à lui, La Tour 2 contrôle infernale. En 2008, les deux hommes avaient aussi réalisé en commun le film Seuls Two. C’est, quoi qu’il en soit, un autre univers qui apparaît ici : doux, lunaire, surréel.

L’histoire de Rocky, un grand dadais inadapté que personne ne remarque, ni à son travail ni dans son environnement. Un jour, un hibou grand-duc se retrouve dans son appartement. Cette apparition déclenche l’irruption du fantastique dans le film, encore que ce fantastique soit obtenu de manière très réaliste et artisanale.

Logique onirique Rocky décide en effet de se déguiser en Grand-duc, sans que son entourage ne semble particulièrement le remarquer. Cette décision l’amène toutefois à rencontrer une fille aussi timide que lui, qui prend, quant à elle, la forme d’un panda géant, et peu à peu la situation de Rocky va s’améliorer.

Cette logique onirique serait belle et bonne si elle n’entamait à ce point la bonne volonté du spectateur. Tourné dans un pays jamais nommé qui pourrait être la France mais ne l’est visiblement pas, incarné les trois quarts de sa durée par des acteurs déguisés en peluches géantes, progressant sans personnages dignes de ce nom, reposant sur une intrigue pour le moins décousue, Hibou est un film qui cherche tellement à se rendre ins...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant