Heurts sur un site pro-démocratie à Hong Kong

le
0

(Actualisé avec précisions) HONG KONG, 25 novembre (Reuters) - Des heurts ont éclaté mardi à Hong Kong après l'évacuation partielle par les forces de l'ordre d'un site de militants pro-démocratie dans le quartier populaire de Mongkok, plusieurs manifestants étant embarqués dans les fourgons de la police. Mong Kok a été le théâtre de certains des incidents les plus violents depuis le début, il y a deux mois, des manifestations en faveur de la démocratie dans le territoire chinois. Sous le regard de plusieurs centaines de policiers, des ouvriers, agissant sur ordre de la justice, ont retiré les barrières de bois des manifestants qui bloquaient Argyle Street. Les protestataires avaient au préalable démonté leurs tentes et ramassé leurs effets personnels. La justice avait été saisie par une compagnie d'autobus qui avait fait valoir que le blocus affectait son activité. Il y a eu peu de résistance jusqu'à l'après-midi quand il y a eu un face-à-face entre la police et les manifestants. Certains ont été évacués de force. La police anti-émeute a pénétré dans le quartier dans la soirée. Il y a eu une bousculade. Les manifestants ont bloqué une portion de Portland Street, une rue voisine où certains magasins ont fermé plus tôt. Selon la presse, la police a procédé à plus de 20 interpellations au cours de la journée. Pendant le déblocage d'Argyle Street, des manifestants ont brandi des pancartes jaunes appelant le gouvernement de Pékin à instaurer une véritable démocratie dans l'ex-colonie britannique. "Même s'ils nettoient l'endroit, notre combat pour un véritable suffrage universel se poursuit. (...) Cela ne fera que nous inciter à trouver d'autres moyens de poursuivre le mouvement", a déclaré Ken Chu, un manifestant âgé de 27 ans. Le principal site de contestation, le quartier de l'Amirauté de l'autre côté du port, a été partiellement évacué il y a une semaine. ID:nL6N0T806S L'ancienne colonie britannique rétrocédée à la Chine en 1997 dans le cadre de la formule "un pays, deux systèmes" bénéficie d'un régime spécial lui accordant plus d'autonomie et de liberté qu'en Chine continentale. Mais le mouvement pro-démocratie conteste dans la rue les procédures électorales fixées cet été par Pékin pour le prochain scrutin, en 2017. Les manifestants rejettent notamment la sélection préalable des candidats par un comité dont les membres seront en partie désignés par le pouvoir. (Venus Wu; Jean-Stéphane Brosse et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant