Heurts entre soldats congolais et rebelles rwandais au Nord-Kivu

le , mis à jour à 19:13
0

KINSHASA, 25 mai (Reuters) - Des heurts ont opposé lundi dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) des soldats congolais à des rebelles hutus rwandais qui devaient être transférés d'un camp de transit à un autre. Les militaires devaient conduire les rebelles rwandais du camp de Kanyabayonga, dans la province du Nord-Kivu, géré conjointement par la mission des Nations unies au Congo (Monusco) et l'armée congolaise, jusqu'à un camp de transit plus vaste au sud de la ville de Kisangani. De là, les combattants rwandais devaient soit retourner dans leur pays, soit aller dans un pays tiers. "Il y a eu des troubles et les soldats ont tiré en l'air", a déclaré Daniel Ruiz, chef du bureau de la Monusco au Nord-Kivu. "En principe, il y avait un accord (sur le transfert) mais dans les faits les choses se sont passées différemment. Il y a eu six blessés", a-t-il ajouté. Selon une source locale, les rebelles rwandais avaient entreposé des armes dans le camp, ce qui n'a pas pu être confirmé. Un autre transfert de rebelles rwandais lundi du camp de Walungu (Sud-Kivu) vers Kisangani s'est passé sans problème, a indiqué Daniel Ruiz. Plus de 11.000 rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont été démobilisés et sont rentrés dans leur pays depuis 2002. D'autres, estimés à environ 1.400, sont toujours en RDC, craignant des représailles s'ils rentrent au Rwanda. L'armée congolaise a lancé en février dernier une offensive pour les neutraliser. Les FDLR sont formées pour l'essentiel d'anciens soldats et miliciens hutus rwandais impliqués dans le génocide du printemps 1994 au Rwanda. (Aaron Ross, Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant