Heurts entre policiers et manifestants à Diyarbakir en Turquie

le
0
    DIYARBAKIR, 14 décembre (Reuters) - La police turque a fait 
usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau lundi à Diyarbakir, 
dans le sud-est du pays, pour disperser une manifestation contre 
le maintien d'un couvre-feu, ont rapporté des témoins. 
    Le sud-est de la Turquie, à prédominance kurde, est en proie 
à des troubles ces derniers mois, les forces de sécurité 
affrontant de nouveau les séparatistes du PKK (Parti des 
travailleurs du Kurdistan) depuis que le cessez-le-feu en 
vigueur depuis deux ans a volé en éclats en juillet. 
    Les derniers heurts en date, à Diyarbakir, ont éclaté alors 
que plusieurs centaines de personnes commençaient à manifester, 
à l'appel du parti pro-kurde HDP, contre le couvre-feu en 
vigueur depuis bientôt deux semaines dans le quartier historique 
de Sur, au coeur de cette grande ville. 
    Des manifestants ont lancé des pierres en direction des 
policiers. Les commerçants avaient baissé les rideaux de leurs 
magasins avant la manifestation, que le gouvernement dit avoir 
interdit. Rares étaient les bus à circuler dans la ville, où les 
ordures n'ont pas été ramassées. 
    Dans la province de Sirnak, le gouverneur a imposé lundi 
soir un couvre-feu dans deux villes - Cizre et Silopi - proches 
des frontières syrienne et irakienne. 
    Selon des données recueillies par la Fondation des droits de 
l'homme de Turquie, 52 couvre-feux ont été mis en place depuis 
la mi-août, dans sept provinces du sud-est de la Turquie. Ces 
mesures concernent au total 1,3 million d'habitants. 
 
 (Seyhmus Cakan; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant