Heurts entre manifestants kurdes et policiers turcs, 9 tués

le
0

par Humeyra Pamuk ISTANBUL, 7 octobre (Reuters) - Neuf personnes au moins ont péri et des dizaines d'autres ont été blessées mardi lors de violents accrochages entre policiers et Kurdes qui manifestaient dans le sud-est de la Turquie en soutien à la ville kurde syrienne de Kobani, assiégée par les djihadistes du groupe Etat islamique (EI). Au total, ce sont des milliers de Kurdes qui ont défilé pour protester contre la non intervention des troupes turques aux côtés des Kurdes de Kobani, ville proche de la frontière turque et contre laquelle les combattants de l'EI ont lancé une offensive voici trois semaines. La police a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les protestataires, qui ont incendié des véhicules et des pneus lors des manifestations, essentiellement dans le sud-est du pays. Des heurts ont cependant été signalés également à Istanbul, la plus grande ville du pays, ainsi que dans la capitale Ankara. Cinq personnes ont péri à Diyarbakir, la plus grande ville kurde du sud-est de la Turquie, lors de violents heurts avec les forces de l'ordre, ont rapporté des médias turcs. Deux personnes sont mortes dans la province de Siirt et une autre dans celle de Batman. Un jeune de 25 ans a trouvé la mort à Varto, dans la province de Mus dans l'est de la Turquie. Un couvre-feu a été instauré dans cinq provinces à prédominance kurde du sud-est de la Turquie après les manifestations, durant lesquelles des commerces et des banques ont été saccagés. PRESSION SUR ANKARA Le ministre de l'Intérieur, Efkan Ala, a appelé à l'arrêt des manifestations. "La violence n'est pas une solution. La violence entraîne des représailles. Cette attitude irrationnelle doit cesser tout de suite", a-t-il dit à la presse. Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont réussi à s'emparer de plusieurs immeubles d'un quartier situé dans le sud-ouest de Kobani, ville très proche de la frontière turque. Ils ont progressé à tel point que le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a estimé mardi que Kobani était sur le point de tomber aux mains de l'EI. Deux drapeaux noirs de l'EI flottent toujours dans la périphérie est de la ville. Cette dégradation de la situation accroît la pression sur la Turquie pour qu'elle intervienne militairement dans ce conflit. "C'est un énorme mensonge que de dire que la Turquie ne fait rien concernant Kobani", a déclaré le vice-Premier ministre turc, Yalcin Akdogan, sur Twitter. "La Turquie fait tout ce qu'elle peut sur le plan humanitaire", a-t-il affirmé, allusion au fait qu'elle a accueilli sur son sol plus de 180.000 réfugiés ayant quitté Kobani et passé la frontière depuis le début de l'offensive des djihadistes. Le vice-Premier ministre s'est insurgé en outre contre l'appel à manifester qu'avait lancé lundi soir le parti politique turc pro-kurde HDP, accusant cette formation de "faire de la politique de façon irresponsable". (Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant