Heurts au Venezuela un an après des manifestations meurtrières

le
0

CARACAS/SAN CRISTOBAL, 13 février (Reuters) - Des heurts ont éclaté jeudi au Venezuela entre policiers et opposants qui entendaient commémorer la mort de 43 personnes pendant les manifestations de 2014 contre le président Nicolas Maduro. Les violences ont touché la capitale Caracas et la ville de San Cristobal, où les soldats de la Garde nationale et la police ont tiré des grenades lacrymogènes et de la chevrotine contre les protestataires qui leur lançaient des cocktails Molotov et d'autres projectiles. A Caracas, des étudiants masqués ont bloqué une grande artère en brûlant des poubelles et en lançant des pierres sur les policiers qui ont répliqué avec de la chevrotine. Au moins une dizaine de manifestants ont été arrêtés, selon des témoins. Plus tôt dans la journée, la police avait empêché quelques centaines d'étudiants participant à une marche non autorisée de se rendre dans une église où il voulait prier à la mémoire des victimes de l'an dernier. Des milliers de partisans de Nicolas Maduro, qui a succédé au défunt Hugo Chavez en 2013, se sont en revanche rassemblés, vêtus de rouge, sur une place de la capitale. Le président vénézuélien accuse l'opposition d'avoir tenté de mener un coup d'Etat l'an dernier et de chercher encore à le renverser. Jeudi, il a affirmé que les autorités avaient déjoué "une tentative de putsch" dont se serait rendu coupable un groupe d'officiers de l'armée de l'air avec le soutien d'opposants et de l'ambassade des Etats-Unis. Le pouvoir de Nicolas Maduro est fragilisé par la situation désastreuse de l'économie vénézuélienne, aggravée par la chute des cours du pétrole, principale source de revenus du pays. (Andrew Cawthorne et Javier Farias; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant