Heurtey Petrochem: une OPA en bas de cycle.

le
0

(CercleFinance.com) - Alors que le cours du brut confirme sa remontée, voilà enfin une OPA sur une valeur parapétrolière parisienne : Heurtey Petrochem. Toutefois, il ne s'agit pas d'une opération de concentration, mais... d'une sortie de la Bourse par le principal actionnaire, l'ex-Institut français du pétrole. Le cours s'ajuste sur le cours de l'offre ce midi, à un peu plus de 23 euros.

Revenons rapidement sur la séquence des dernières publications. Le 8 août, Heurtey Petrochem confirmait, à l'occasion du point sur ses ventes semestrielles, ses objectifs financiers : un CA annuel de 320 à 340 millions, et une marge opérationnelle courante de l'ordre de 1,5%. Puis à peine un mois plus tard, le 14 septembre, Heurtey lançait un 'petit' warning, en ramenant ce taux à 1% environ. Tout en prévoyant, pour 2017, “un environnement de marché encore difficile”.

Dans l'intervalle, le titre, qui avait commencé le mois d'août vers 16 euros, n'a pas vraiment souffert. Mais force est de constater que ces annonces ne plaidaient guère pour une revalorisation. Pour mémoire, l'action Heurtey avait terminé l'année 2015 à à 22 euros. Si son sommet historique, supérieur à 43 euros, remonte à mars 2014, le point bas est beaucoup plus récent : 12 euros, le 12 avril 2016.

Et voilà hier qu'Axens, une filiale d'IFP Energies nouvelles (IFPEN), l'ex-Institut français du pétrole, annonce son intention de lancer une OPA à 23 euros par action, plus le cas échéant un complément de prix.

L'actionnaire minoritaire doit-il se plaindre ? Non pas, mais il ne pourra sans doute se réjouir qu'à moitié. Certes, Heurtey devrait sortir de la Bourse plus cher qu'elle n'y était entrée, à savoir 14,30 euros par action (en bas de fourchette), en juin 2006. Reste que de par son activité et la conjoncture pétrolière, le groupe traverse pour l'heure une période de “bas de cycle” : en toute logique, il n'est donc pas au mieux de sa forme.

Notons enfin que cette OPA n'est pas le fait d'un autre groupe parapétrolier, mais du principal actionnaire de Heurtey Petrochem, qui est un acteur public. En effet, en juillet 2008, l'IFPEN s'était invité en acquérant, au prix unitaire de 31,5 euros, environ 35% du capital qu'il a conservé par la suite. En somme, l'IFPEN va avec cette OPA réaliser une sorte de moyenne en baisse. Bien joué, mais tant pis pour les minoritaires.

Une petite note sur le complément de prix éventuel : selon une tendance récente, Axens entend proposer, si plus de 95% des actions Heurtey sont apportées et qu'une OPR peut donc être lancée, une “prime” conditionnelle d'un euro par action.

Les deux fonds anglo-saxons qui ont lancé l'été dernier une OPA sur Cegid proposent justement une formule similaire. Ironie de l'histoire, on a appris hier que ces deux investisseurs peinent à convaincre les petits porteurs de Cegid : l'AMF a fait savoir qu'au terme de la deuxième période d'offre, ses initiateurs ne détenaient que 90,5% du capital de Cegid. A suivre.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant