Heures supplémentaires : la Croix-Rouge épinglée par l'inspection du travail

le
5
Heures supplémentaires : la Croix-Rouge épinglée par l'inspection du travail
Heures supplémentaires : la Croix-Rouge épinglée par l'inspection du travail

L'année 2015 s'annonçait difficile pour la Croix-Rouge française. Elle pourrait bien être catastrophique, en réalité. Pas parce que les dons sont en recul. Juste parce que la direction semble confondre travail salarié et bénévolat. Selon nos informations, l'inspection du travail a en effet fait une descente au siège parisien (XIV e arrondissement) de l'association caritative pour vérifier la réalité du temps de travail de ses salariés (18 000 salariés et 56 000 bénévoles) dans toute la France. Son rapport est une petite bombe : 3 800 infractions relevées sur la seule année 2014 et rien que pour les 480 salariés du siège, dont le contrat de travail prévoit 37 heures de travail hebdomadaires pour les non-cadres.

Entre les 2,8 MEUR d'amende potentielle, la rémunération due aux salariés et leur indemnisation au titre du préjudice, la Croix-Rouge va devoir débourser 11 MEUR. Et encore, c'est sans compter les probables comptes à rendre à l'Urssaf qui n'a pas perçu les cotisations sociales sur ces heures de travail. En difficulté financière, l'association pourra-t-elle supporter ce redressement (lire ci-dessous) ? Dans un rapport de 206 pages, les inspecteurs du travail ont détaillé les 3 800 infractions retenues. Parmi elles, environ 3 300 concernent des journées de travail supérieures à dix heures. D'autres des dépassements de la durée hebdomadaire maximale (48 heures selon la loi), d'autres encore visent une « privation du repos quotidien minimal », soit onze heures entre deux périodes travaillées. Des infractions sanctionnées de 750 EUR chacune, selon le Code du travail.

Le DG sur le départ

L'autre tsunami qui devrait secouer l'association dans les prochains jours, c'est le départ -- probable, selon plusieurs sources interrogées par notre journal -- de son directeur général, Stéphane Mantion. Celui-ci négocierait, selon nos informations, les conditions de son départ. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le dimanche 31 mai 2015 à 20:02

    Tout est bon pour siphonner les caisses de ceux qui font un réel travail en France, elle devrait aller contrôler les bobos qui font travailler des salariés au noir tous les jours, etc.......

  • pier4564 le dimanche 31 mai 2015 à 14:58

    l'inspection du travail condamne le croix rouge pour heures supplémentaires, les inspecteurs préfèrent les morts aux heures sup! supprimons ce service dogmatique!la folie administrative française est hors contrôle, il faut que le bon sens reprenne le dessus!

  • kpm745 le dimanche 31 mai 2015 à 12:50

    Avez-vous entendu parler dans ce pays de kons de l’inspection de travail pour contrôler les milliers de sans-papiers employés au noir dans le BTP et la restauration ?

  • janaliz le dimanche 31 mai 2015 à 12:29

    Bien que si la Croix Rouge est fautive, je conçoive qu'elle puisse réparer. Mais ces p.... de 35h nous gonflent, si vous voyez ce que je veux dire.

  • janaliz le dimanche 31 mai 2015 à 12:27

    Quand la Croix Rouge aura fait faillite l'état se substituera à elle afin de remplir les fonctions sociales qu'elle assume. En tout état de cause je cesse mes dons. Je n'ai pas envie de remplir les caisses des urssaf qui profiteront de cette manne pour leurs fonctionnaires.