Hervé Morin proche de l'abandon pour la présidentielle

le
2
HERVÉ MORIN PROCHE DE L'ABANDON DANS LA COURSE À LA PRÉSIDENTIELLE
HERVÉ MORIN PROCHE DE L'ABANDON DANS LA COURSE À LA PRÉSIDENTIELLE

PARIS (Reuters) - Hervé Morin, candidat du Nouveau Centre à l'élection présidentielle, est sur le point de se retirer de la course à l'Elysée, complétant la liste des abandons dans une campagne où la forte bipolarisation droite-gauche est fatale aux petits candidats, a-t-on appris mercredi de sources parlementaires.

L'ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy s'est officiellement mis en retrait, sur ses terres, dans l'Eure, pour réfléchir à la motion qu'il présentera le 25 février au congrès du Nouveau Centre où les membres du parti doivent se prononcer sur le candidat présidentiel qu'ils soutiendront.

Philippe Vigier, le secrétaire général du Nouveau Centre, a déclaré qu'Hervé Morin serait de retour à Paris jeudi matin pour "un point d'étape" avec son équipe. Une décision est attendue à l'issue de la réunion.

"Il devrait annoncer son retrait à cette occasion", a-t-on déclaré de sources parlementaires.

Hervé Morin, qui ambitionnait d'aller "jusqu'au bout" malgré "les coups de couteau permanents" et "l'absence de solidarité et de solidité" au sein de son parti, tire les conséquences de sondages au point mort (1% d'intentions de vote en sa faveur au mieux) et d'une difficile collecte de parrainages.

Le candidat disposerait pour l'heure de 280 promesses de parrainage sur les 500 requises, selon Philippe Vigier.

"Il faut maintenant tourner la page de cette aventure personnelle qui est un échec et s'engager très vite dans la campagne auprès de Nicolas Sarkozy", a dit le ministre de la Fonction publique, François Sauvadet, qui réprouvait l'initiative d'Hervé Morin comme bon nombre des cadres du Nouveau Centre.

"BEAUCOUP DE TEMPS PERDU"

"Ce n'est pas une surprise, il restait scotché depuis des mois dans les sondages entre 0 et 1%", souligne-t-il dans 20 Minutes. "C'est beaucoup de temps perdu, sa candidature a porté un coup au Nouveau Centre".

Très critique depuis le début de la campagne d'Hervé Morin, le député Jean-Christophe Lagarde, numéro deux du Nouveau Centre, s'est réjoui mardi sur Twitter de la perspective de son désistement.

"Enfin une bonne nouvelle pour notre parti, H. Morin cesse sa campagne qui nous a divisés et affaiblis. Reste à écrire l'avenir malgré le ridicule", écrit-il.

Jean-Christophe Lagarde a cosigné le 24 janvier avec François Sauvadet et l'autre ministre Nouveau Centre du gouvernement, Maurice Leroy (Ville), ainsi que sept autres députés, une tribune en faveur de la candidature de Nicolas Sarkozy, qui sera officialisée mercredi soir.

D'autres élus réfléchiraient à un ralliement au candidat centriste François Bayrou, dont Hervé Morin fut le lieutenant avant de se prononcer pour Nicolas Sarkozy en 2007.

La présidente du Parti chrétien-démocrate, Christine Boutin, a annoncé lundi le retrait de sa candidature et son ralliement au président sortant.

Selon Le Figaro, Hervé Morin, qui avait été reçu le 20 janvier par Nicolas Sarkozy, a rencontré de nouveau le chef de l'Etat dimanche dernier.

Sophie Louet avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3101717 le mercredi 15 fév 2012 à 18:01

    La Bombe Atomique 2, le Retour (au bercail). Il faut bien manger...

  • M4661438 le mercredi 15 fév 2012 à 17:59

    le ridicule ne tue pas !