Hervé Morin : « Discuter avec Macron, c'est une faute »

le , mis à jour à 07:28
0
Hervé Morin : « Discuter avec Macron, c'est une faute »
Hervé Morin : « Discuter avec Macron, c'est une faute »

En quittant le gouvernement pour voler de ses propres ailes, Emmanuel Macron n'a pas semé la zizanie que dans la majorité présidentielle. A l'UDI, on se déchire désormais entre « amis » centristes ! Au lendemain de la démission du ministre de l'Economie, Jean-Christophe Lagarde, président du parti, faisait un gros appel du pied à Macron : « Il est au centre gauche, nous sommes au centre droit. Nous avons vocation à nous parler », déclarait-il dans les colonnes du « Parisien » - « Aujourd'hui en France ». Ce qui fait bondir l'ex-ministre de la Défense Hervé Morin. Rival de Lagarde — ils s'étaient disputé la présidence du parti il y a deux ans —, le patron du Nouveau Centre (composante de l'UDI), qui réunit ses amis ce week-end, explique à notre journal tout le mal qu'il en pense.

 

Les centristes doivent-ils discuter avec Emmanuel Macron comme vient de l'annoncer Jean-Christophe Lagarde dans la perspective de la présidentielle ?

HERVÉ MORIN. C'est une faute. Comment peut-on dire, quelques heures après la démission de Macron, qu'on pourrait faire cause commune à la présidentielle ? Avant de s'exprimer, la moindre des choses aurait été d'en parler d'abord devant les instances de l'UDI. Que Jean-Christophe Lagarde engage notre parti dans une discussion avec Macron est un renversement d'alliance puisque nos partenaires naturels sont les Républicains. Avec Jean-Louis Borloo, nous avons construit l'UDI dans la clarté des alliances.

 

Vous trouvez cela précipité ?

Se précipiter ainsi vers quelqu'un dont on ne sait pas ce qu'il fera en 2017, ni qui il est, ni ce qu'il pense, me stupéfie. A croire que l'UDI serait une famille d'orphelins cherchant fébrilement l'adresse d'une famille d'accueil. Sur tous les débats politiques du moment, l'UDI a été ces derniers mois une exoplanète muette et totalement absente. La priorité, c'était de rallumer la bande-son.

 

Pourquoi Macron vous poserait-il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant