Hervé Michel, chasseur de trésors : «Il faut être rêveur»

le , mis à jour à 09:47
0
Hervé Michel, chasseur de trésors : «Il faut être rêveur»
Hervé Michel, chasseur de trésors : «Il faut être rêveur»

Hervé Michel* est un chasseur de magots précoce : il a tenté de s'emparer de son premier trésor à l'âge de 14 ans, celui, dissimulé durant la Révolution, de la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon (Vaucluse). « J'ai épluché tous les documents historiques dans les bibliothèques, j'ai exploré tous les souterrains possibles, mais je n'ai jamais mis la main sur les tonnes d'or espérées », sourit-il. Depuis, cet écrivain-aventurier de 52 ans basé à L'Isle-sur-la-Sorgue n'a jamais cessé de tenter de déterrer le butin du siècle aux quatre coins du monde, au Pakistan comme au large de Madagascar. Sans... tomber sur le véritable jackpot !

 

« Ce qui m'intéresse, c'est l'excitation de chercher, il faut être rêveur », résume-t-il. Hervé a exercé 36 métiers : soldat dans l'infanterie de marine, garde du corps, pilote de stock-car, dresseur de chiens, instructeur de plongée... Il y a quelques mois encore, il vendait des détecteurs de métaux, ces fameuses poêles à frire qui aident à dénicher des pépites enfouies. Les particuliers qui soupçonnaient leurs ancêtres d'avoir caché dans les entrailles de la maison familiale un pactole faisaient aussi appel à lui.

 

LIRE AUSSI

> Chasse aux trésors de Paris : ces vrais magots qu'il reste à découvrir en mer

 

 

 

Sur la piste des flibustiers du Venezuela

 

« Au total, j'ai retrouvé une soixantaine de kilos d'or, essentiellement sous forme de napoléons et de lingots », raconte le prospecteur, qui s'octroyait la moitié de la manne. Mais sa plus forte montée d'adrénaline, il l'a eue en 2012 au Venezuela, sur les traces d'un trésor abandonné par un pirate gallois du XVII e siècle. Sur place, un informateur lui annonce qu'une rivière vient de recracher des pièces de monnaie datant de quatre siècles. Armé d'une machette et d'un chapeau à la Indiana Jones, notre numismate suit alors cette piste à travers la jungle. « Je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant