Hervé Mathoux : "Voir mon chat m'apaise"

le
0

Les boules de poil, Hervé Mathoux adore. Qu'elles aient peur de FIFA, s'appellent Pierre Ménès ou kiffent Houellebecq, le journaliste du Canal Football Club s'en sépare rarement. Avec un nom pareil, c'était évident. Interview chat dans la gorge.

Aujourd'hui, c'est la journée internationale du chat. Tu étais au courant ?
Non. Mais comme il y a des journées internationales d'à peu près tout sur terre, ça ne m'étonne pas ! Journée du scorbut, du mille-pattes…

Tu crois qu'on va te chambrer ?
Cette année, je crains que la journée internationale du chat soit un tout petit peu concurrencée par les Jeux olympiques, quand même… Donc peut-être que tout le monde ne va pas y penser immédiatement. Mais maintenant que tu me le dis, je vais peut-être être obnubilé par ça et me mettre à miauler sur le plateau, je ne sais pas ! Tout peut arriver. Comme dans le football…

Quand on pense à toi et au chat, ça nous rappelle forcément ta marionnette dans Les Guignols, en compagnie de celle de Pierre Ménès… Comment tu la trouves, cette caricature ? Certains, comme François Bayrou, n'aime pas du tout leur imitation.
Moi, je l'ai reçue positivement. D'abord parce que je ne suis pas un élément central dans le gag. C'est un duo dans lequel je suis plutôt en tempérance de Pierre. Et il n'y a rien de méchant ou d'agressif envers moi. En revanche, j'ai eu peur que la phrase de Pierre, "Mon Miaou", devienne une mimique trop prégnante dans la vie réelle. Si t'as cent personnes par jour qui te font la vanne, ça devient invivable. Ça peut vite devenir l'enfer ! Mais ça n'a pas pris plus que ça, donc ça va.


Est-ce que ces marionnettes reflètent bien la réalité, avec un Pierre Ménès qui fait des blagues un peu lourdes, qui prend beaucoup de place, et toi qui est en retrait ?
Oui, bien sûr. Il y a toujours une part de vérité dans ce que font Les Guignols. L'autre couple qui me vient à l'esprit, et qui date d'une autre époque, c'est le duo Thierry Roland/Jean-Michel Larqué, où le premier disait des trucs terribles et le second le tempérait en lui disant que ce n'était pas possible de sortir des choses pareilles. Là, toutes proportions gardées, c'est un peu le même ressort : on peut dire que Pierre est notre fournisseur…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant