Hervé Mariton : «L'UMP a un problème avec les sujets de société»

le
1
Hervé Mariton : «L'UMP a un problème avec les sujets de société»
Hervé Mariton : «L'UMP a un problème avec les sujets de société»

Délégué général au projet de l'UMP, le député de la Drôme Hervé Mariton évoque les futures directions que compte prendre son parti.

L'UMP va faire adopter samedi son projet pour « redresser la France », ça veut dire quoi?

HERVÉ MARITON. Il s'agit de nos mesures d'urgence pour sortir de la crise, avec trois volets qui seront soumis au vote : l'économie, la justice et l'égalité des chances. Beaucoup de propositions sont déjà apparues ces dernières semaines, comme la sortie définitive des 35 heures, la création d'un contrat de travail unique, la baisse des impôts et bien sûr de la dépense publique. Mais samedi, nous allons aller encore plus loin, avec de nouvelles idées.

Lesquelles?

Concernant l'emploi par exemple, nous sommes tombés d'accord pour dire qu'il fallait créer une grande agence pour le travail, qui serait la fusion de Pôle emploi, des missions locales, des Cap emploi? C'est une question d'efficacité car si la fusion de l'ANPE et de l'Unédic a été une bonne chose, force est de constater que, dans la réalité, les retours sont assez sévères. Tant de la part des demandeurs d'emploi que des entreprises. Cette agence pour le travail serait mise en concurrence avec des agences de reclassement, librement choisies par les demandeurs d'emploi, et rémunérées au résultat.

Mais à quoi sert de présenter un projet, puisque vous êtes dans l'opposition?

Samedi, le conseil national, une instance légitime de l'UMP, va voter pour ce projet. Ça n'est pas rien. On nous demande souvent, et légitimement, quelle est la ligne de l'UMP. Et bien là, grâce à ce document, nous allons avoir un socle, une base commune approuvée par tous. Et j'ajoute que dans un parti qui prépare une primaire pour choisir son candidat à la présidentielle, prendre dès maintenant l'habitude de voter n'est pas une mauvaise chose. Sinon, si le seul vote du parti c'est celui de la primaire, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le jeudi 23 jan 2014 à 18:37

    Cet homme est là par ce qu'il y a été porté par un système politique gangrené. Les centrales de partis politique, en partie financées par nos impôts et en partie par des ..., ne vont pas se réformer d'elles même et il ne faut pas compter sur les élus qui leur doivent leur siège pour changer quoi que ce soit. Devant cette pantalonnade, Soit un candidat indépendant s'engage sur un projet ferme, soit il y a une révolution.