Hermès toujours tiré par la maroquinerie, fait mieux que prévu

le
0
LES RÉSULTATS D'HERMÈS MEILLEURS QUE PRÉVU AU 3E TRIMESTRE
LES RÉSULTATS D'HERMÈS MEILLEURS QUE PRÉVU AU 3E TRIMESTRE

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Hermès International a fait mieux qu'attendu au troisième trimestre, toujours tiré par les performances brillantes de sa maroquinerie et porté comme ses concurrents par une amélioration du marché chinois.

Le sellier a vu ses ventes progresser de 9,9% à 1,26 milliard d'euros, signant une croissance organique de 8,8% à taux de changes constants, supérieure aux 7% attendus par les analystes.

"La croissance d'Hermès est particulièrement saine car elle repose sur de la croissance organique avec très peu d'effets de prix et de périmètre", s'est félicité jeudi Axel Dumas, géant du groupe, lors d'une conférence téléphonique avec la presse.

En Bourse, le titre Hermès gagne 0,84% à 370,05 euros à 10h33, surperformant l'indice SBF120 (+0,27%).

Comme au premier semestre, la croissance a été tirée par la maroquinerie, première division du groupe, dont les ventes ont grimpé de 16,3% malgré des bases de comparaisons moins favorables, alors qu'Hermès avait dit s'attendre en juillet à ce que la cadence ralentisse au second semestre.

"Nous avons eu un bon rythme de montée en puissance de nos manufactures, un peu meilleur que prévu", a expliqué Axel Dumas.

Il a aussi indiqué que la division avait profité du succès de l'ensemble des lignes de sacs, comme le Constance, l'Halzan ou le Lindy, aux côté des classiques Birkin et Kelly.

A l'inverse, les ventes ont reculé dans la soie (-4,1%) autre division la plus rentable du groupe. Très liées au trafic dans les magasins, les ventes de "carrés" ont été pénalisées par la chute de la fréquentation en France après l'attentat de Nice.

Comme ses concurrents, Hermès a vu ses ventes reculer dans l'Hexagone (-0,9%) mais a compensé en partie cette baisse par un report des flux touristiques en Angleterre où les achats de luxe ont grimpé grâce à la baisse de la livre sterling.

Si, contrairement à ses pairs, Hermès a bien résisté à la baisse du marché chinois des deux dernières années, il a, comme eux, profité d'un rebond de ce marché observé au troisième trimestre.

Hors Japon, ses ventes en Asie ont grimpé de 14,2%.

"Les chiffres sont globalement très bons, avec une progression toujours très forte dans la maroquinerie et une amélioration presque partout ailleurs sauf dans la soie", soulignent les analystes de Raymond James.

Avec une croissance organique de 7,7% sur neuf mois, Hermès signe, à ce jour, une des meilleures performances du secteur qui a vu le rebond de Louis Vuitton (LVMH) au troisième trimestre, grâce à la reprise de la demande chinoise, et de Gucci (Kering) qui récolte les fruits d'une relance réussie.

L'objectif de croissance organique inférieure à 8% en 2016 a été confirmé, comme celui d'une rentabilité opérationnelle légèrement supérieure à celle de 2015 grâce aux changes.

Le groupe, qui a dégagé une rentabilité record au premier semestre, a annoncé en septembre qu'il ne publierait plus d'objectif chiffré de croissance organique de moyen terme, invoquant les incertitudes économiques et géopolitiques du monde.

Le communiqué:

http://bit.ly/2fxZmei

(Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant