Hermès repousse LVMH

le
0
INTERVIEW - Patrick Thomas et Bertrand Puech, les dirigeants du groupe familial, demandent à Bernard Arnault de se retirer.

Dix jours après l'annonce surprise de l'entrée de LVMH à son capital, avec 17,1 % des parts, Hermès sort de sa réserve. L'héritier Bertrand Puech, descendant du fondateur à la cinquième génération, président de la société familiale Émile Hermès (seul associé commandité d'Hermès International), et le patron Patrick Thomas, gérant du groupe, s'élèvent vigoureusement contre l'opération.

LE FIGARO. - Comment avez-vous réagi à l'entrée de LVMH au capital d'Hermès révélée il y a dix jours ?

Patrick THOMAS. - Cela a été une grande surprise. LVMH a annoncé d'un seul coup une prise de participation de 17 % en la qualifiant d'«amicale». Cette arrivée n'a rien d'amical. Elle n'a été ni désirée ni sollicitée. Il n'y avait de menace d'aucun fonds d'investissement, d'industriel du luxe ou de groupe chinois cherchant à acheter des actions Hermès, comme LVMH l'a prétendu.

Bertrand PUECH. - Surprise et déplaisir. J'ai reçu le coup de téléphone de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant