Hermès : les intentions «pacifiques» d'Arnault

le
0
INTERVIEW - Le PDG du groupe LVMH s'explique pour la première fois sur son arrivée surprise au tour de table de la marque de luxe. Il oppose une fin de non-recevoir à la demande d'Hermès de revendre cette participation.

LE FIGARO. - Pourquoi avez-vous décidé d' entrer chez Hermès ?

Bernard ARNAULT. - Notre présence au capital d'Hermès ne présente aucun risque pour la société ni pour son contrôle familial. Bien au contraire. Je vous rappelle que, dans les années 1980, les actionnaires d'Hermès avaient vendu plus de 10 % du capital à mon groupe, je présume pour assurer un peu de liquidité à la famille. Nous les avons conservés plusieurs années et, au début des années 1990, à la demande de Jean-Louis Dumas (ancien dirigeant d'Hermès, NDLR), j'avais revendu cette participation pour faciliter l'introduction en Bourse de la société. Notre présence au capital n'avait posé aucun problème à l'époque. Nous sommes désormais, à nouveau, un actionnaire important d'Hermès et cela ne devrait pas poser davantage de problème.

Pourquoi alors la famille et les dirigeants d'Hermès jugent-ils cette arrivée inamicale ?

Cette opération est pourtant tout à fait pacifique. Nous som

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant