Henrikh Mkhitaryan, la gâchette est de retour

le
0
Henrikh Mkhitaryan, la gâchette est de retour
Henrikh Mkhitaryan, la gâchette est de retour

Arrivé à Dortmund en 2013 pour un montant record de 25 millions d'euros, Henrikh Mkhitaryan a longtemps été en difficulté dans la Ruhr. Fort heureusement, depuis l'arrivée de Thomas Tuchel à la tête du club, l'Arménien a retrouvé son football et, plus important encore, le moral.

"Mais qu'ont-ils foutu dans les gourdes d'Henrikh Mkhitaryan cet été ?" Cette question, à peu près tout le monde se l'est posée depuis le début de la saison, tant l'Arménien est méconnaissable depuis quelques semaines déjà. Fini les passes hasardeuses et les face-à-face timides devant le but, bonjour les enchaînements chaloupés et surtout la précision clinique lorsqu'il s'agit de pousser le ballon au fond des filets. Mais au-delà de cette aisance retrouvée sur le terrain, ce qui surprend le plus, c'est la joie de vivre qui émane de Miki. Il célèbre ses buts comme une star, gueule contre ses adversaires, en somme il s'impose. Il ne se gêne plus non plus pour poser en slip avec ses potes après les matchs. Une forme olympique qui soulage tout autant qu'elle fait plaisir, en premier lieu à ses coéquipiers. À chaque nouvelle journée, les joueurs du Borussia se succèdent en zone mixte pour partager leur bonheur, celui d'avoir enfin parmi eux le Miki dont on leur avait tant loué les qualités. "Cela fait plaisir de voir Miki a un tel niveau. C'est un super joueur. Personnellement, je suis fan de lui", n'a pas hésité à dire Mats Hummels aux journalistes présents après la rencontre du Borussia contre Hoffenheim. Et si cette renaissance fait autant plaisir, c'est tout simplement parce qu'elle était complètement imprévisible au regard de ces deux dernières années.

9th victory in a row! Great team spirit!👍👍👍 pic.twitter.com/nG5kP4srby

— Henrikh Mkhitaryan (@HenrikhMkh) 12 Septembre 2015

Deux ans de solitude


La première saison d'Henrikh Mkhitaryan est loin d'être un échec, mais dans l'ensemble, c'est une déception. Avec 13 buts et 10 passes décisives en 46 rencontres, ses statistiques sont plus que correctes. C'est plutôt sur le plan psychologique que le bât blesse. L'Arménien ne semble pas toujours à l'aise, il perd de nombreux face-à-face, tente peu ou mal. Pire, il semble très souvent au bord de la rupture. Après son tir manqué lors du quart de finale retour de LDC face au Real Madrid, il ne peut retenir ses larmes. L'exercice suivant, son deuxième sous les couleurs du BvB, est,…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant