Henri Guaino, une plume à la tribune

le
1
Le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy effectue actuellement un tour de France pour défendre le bilan du chef de l'État.

C'est le retour au pays du conseiller spécial. Ou presque. Accueilli lundi soir à Nîmes, le «petit Malraux» de Sarkozy, comme Henri Guaino le dit de lui-même avec un mélange d'aplomb et d'humour, n'est pas loin d'Arles, où il a grandi. Mais Nîmes est aussi la ville dans laquelle Nicolas Sarkozy a tenu un premier grand meeting de précampagne, en mai 2006. Pour la première fois, le candidat faisait équipe avec celui qui est devenu sa plume légendaire. «Il m'avait dit : "Je veux faire un discours aux Français" ; je lui ai répondu : "Très bien ! C'est comme ça qu'il faut leur parler"», confie Guaino au public venu l'écouter en nombre en ce début de soirée. Plus de 800 personnes se sont déplacées pour le voir.

Après deux mois, et six réunions publiques, «la plume» a entamé sa mue. Pas encore politicien, encore moins bateleur, l'intellectuel Guaino prend son bâton de pèlerin. Dans quel but ? Défendre le président et son bilan. M

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • deforge3 le mercredi 23 nov 2011 à 11:05

    A 6 mois des elections ces gens la rentrent en campagne electorale en consacrant tout leur temps a promouvoir leur candidat. Autrement dit on se demande d'une part a quoi etaient-t-ils payer gracement auparavant jusqu'ici, et d'autre part pourquoi seraient-ils payer par les contribuables pour passer leur temps a gerer leur carrière personnelle au lieu de remplir leur mission dans le poste qu'ils occupent au service de l'etat donc du contribuable qui le paye.