Henri Guaino scandalisé par Hollande sur le Vel d'Hiv

le
1
MA FRANCE ÉTAIT À LONDRES, DIT HENRI GUAINO
MA FRANCE ÉTAIT À LONDRES, DIT HENRI GUAINO

PARIS (Reuters) - Le député UMP des Yvelines Henri Guaino s'est dit "scandalisé" lundi par les propos de François Hollande reconnaissant la responsabilité de la France dans la rafle du "Vélodrome d'hiver" en juillet 1942 à Paris.

François Hollande a qualifié dimanche l'arrestation, l'internement et la déportation de 13.152 juifs de nationalité étrangère réfugiés en France, dont plus de 4.000 enfants, de "crime commis en France par la France".

Avant lui, Jacques Chirac avait été en 1995 le premier président français à reconnaître une responsabilité longtemps passée sous licence dans la France de l'après-guerre.

"Ce qu'a dit M. Hollande (...) hier, personnellement, me scandalise, pour une raison très simple : ma France, elle n'était pas à Vichy, elle était à Londres depuis le 18 juin", a déclaré Henri Guaino sur BFM-TV et RMC.

"Ce qui a été commis au moment de la rafle du Vel d'Hiv est une abomination, c'est une horreur et ceux qui l'ont fait doivent être condamnés durement au tribunal de l'histoire", a poursuivi celui qui fut l'un des proches conseillers de l'ancien président Nicolas Sarkozy.

"Mais la France, qu'est-ce qu'elle a à voir avec cela ?", a-t-il ajouté. "Peut-être que M. Hollande se sent proche de la France des notables apeurés qui se sont précipités à Vichy après l'armistice. Ce n'est pas ma France."

La députée européenne et ancienne ministre de la Justice Rachida Dati a estimé de son côté qu'il ne fallait pas oublier que des Français avaient résisté.

"Moi, je m'associe à ces déclarations. Je dis simplement, attention, parce que tous les Français n'ont pas été complices de cette barbarie, il faut aussi le rappeler", a-t-elle déclaré sur Europe 1.

La rafle du Vel d'Hiv fut l'acte de collaboration avec l'occupant nazi le plus grave décidé par le gouvernement de Vichy et son chef, le maréchal Pétain.

François Hollande a rappelé dimanche que des milliers de personnes recherchées ce jour-là avaient pu survivre grâce à des Français qui les avaient protégées.

Chine Labbé, édité par Emmanuel Jarry

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • picokrab le lundi 23 juil 2012 à 11:35

    ... et Le Pen a du être scandalisé qu'il y en eu autant qui ont echappé à la raffle