Henri Guaino prône la fin du syndicalisme dans la magistrature

le
8
LE SYNDICALISME DANS LA MAGISTRATURE MIS EN CAUSE PAR HENRI GUAINO
LE SYNDICALISME DANS LA MAGISTRATURE MIS EN CAUSE PAR HENRI GUAINO

PARIS (Reuters) - Le député UMP et proche de Nicolas Sarkozy Henri Guaino a demandé jeudi la suppression du droit des magistrats à se syndiquer après la mise en examen de l'ancien chef de l'Etat pour trafic d'influence, corruption active et violation du secret professionnel.

Nicolas Sarkozy a évoqué mercredi une "obsession politique" contre lui à propos d'au moins une des deux magistrates, membre du syndicat de la magistrature, qui l'ont entendu.

"Je pense que le syndicalisme est devenu un des plus grands maux de la magistrature", a déclaré Henri Guaino sur BFMTV-RMC, soulignant qu'un juge d'instruction ne pouvait pas instruire à charge et à décharge s'il faisait passer "ses préjugés avant tout".

"Donc il faut supprimer le syndicalisme dans la magistrature. On va me dire que c'est un principe constitutionnel, alors il faut faire un référendum et inscrire dans la Constitution que ni dans l'armée ni dans la magistrature on ne peut être syndiqué", a-t-il également dit.

Interrogé sur le fait de savoir si le droit de se syndiquer devait également être supprimé dans la police, Henri Guaino a estimé que ce n'était pas nécessaire, les pouvoirs n'étant "pas les mêmes".

"Deuxièmement, moi je pense qu'il faut supprimer l'Ecole de la magistrature parce qu'elle favorise l'entre-soi. Cela plus le syndicalisme, cela fait le corporatisme", a ajouté l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy.

L'ancien président a été mis en examen mercredi pour trafic d'influence actif, corruption active et recel de violation de secret professionnel à l'issue d'une garde à vue sans précédent pour un président de la Ve République.

(Marion Douet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 le jeudi 3 juil 2014 à 15:02

    Cela s'appelle "amenager la loi pour qu'elle colle à ses ambitions, bravo Guaino (ça rime)laissons plutot la justice séparer le bon grain de l'ivraie, à force de crier au scandale Marine fera bientot 50.01 % et puis la parole de sarko est loin d'etre un évangile selon st Nicolas !

  • M8603854 le jeudi 3 juil 2014 à 11:19

    Ca ne supprimera ni le corporatisme, ni la servilité (qualité appréciée de tous les gouvernements)!

  • M3335165 le jeudi 3 juil 2014 à 11:11

    Où en serions nous s'il n'y avait pas eu de syndicats, au moyen âge avec des salaires misérables ? non les syndicats doivent continuer à exister mais il est certain qu'ils devraient avoir une notion de responsabilité plus grande. D'autre part avec ou sans syndicat l'on ne pourra jamais empêcher une personne juge ou pas d'avoir des opinions politiques. Donc même sans syndicat la polémique persisterait de toute façon et la mauvaise foi avec.

  • clam92 le jeudi 3 juil 2014 à 10:36

    Pourquoi les avocats corses ne coutent ils rien ???

  • clam92 le jeudi 3 juil 2014 à 10:33

    Et il faudrait également leur enlever leur cerveau pour qu'ils pensent !!! La droite va bien réussir a trouver une erreur de procédure qui va annuler les écoutes . On peut leur faire confiance .

  • roux.g le jeudi 3 juil 2014 à 10:24

    La droite a toujours autant de mal à accepter qu'elle vit sous les lois qu'elle a fait voter. Que ses dirigeants sont des perosnnes comme les autres et soumises aux lois que cette même droite a promulguées. Mais pour la droite, les lois sont faites pous les manants, les petits. et elle se considère toujours au-dessus. Donc si une juge applique ces lois, c'est la juge qui serait en tort !

  • roux.g le jeudi 3 juil 2014 à 10:18

    Donc la juge n'a pas le droit de s'exprimer sur l'affaire qui est en cours. On l'accable mais elle ne peut pas répndre. Mais en plus elle n'aurait pas le droit de se défendre ? Je rappelle que le syndicalisme a pour vocation de défendre les salariés. Et que je sache, les juges ne sont que des salariés. Leur supprimer le droit de se syndiquer, c'est leur supprimer le droit d'agir collectivement pour la defense de leurs droits. Et ensuite, on pourra la licencier, pourquoi pas ?

  • clunault le jeudi 3 juil 2014 à 10:10

    Et par la même occasion pourquoi pas l'interdiction d'appartenir à une secte secrète ?