Henri a Saivet Willy

le
0

Au terme d'un match relativement équilibré et plutôt plaisant, Stéphanois et Bordelais se sont quittés dos à dos (1-1). Mené à l'heure de jeu, les hommes de Willy Sagnol n'ont jamais baissé les bras et sont allés chercher le point du nul dans les derniers instants du match.

AS Saint-Etienne 1-0 Bordeaux
Buts : Romain Hamouma (58') pour Saint-Étienne // Henri Saivet (90'+2) pour Bordeaux

Alors qu'à l'heure de l'apéro tout le monde se régalait d'un verre ou deux, la table de la Ligue 1 était bien bizarrement dressée. Onze Verts et onze Bordelais se battent en duel sur une nappe verte. De quoi donner tout de suite le tournis aux spectateurs attablés, donc ? Et bien, pas vraiment. Pour faire de ce match apéritif un vrai bon moment, il aurait fallu que les invités amènent une ou deux bouteilles de plus. De la bouteille, voilà ce qui manque au jeune Bahebeck pour faire la différence, par exemple, ou au reste de son équipe pour déstabiliser plus tôt le bloc imaginé par Willy Sagnol. Heureusement, les convives ont pu se rabattre sur les dégagement cacahuètes de Florentin Pogba, les dribbles crackers de Wahbi Khazri ou les actions périmées de Nolan Roux. Avant qu'arrivent Romain Hamouma et son toucher de balle grand cru et Henri Saivet avec son abnégation hors norme. Avec un peu de retard, tout le monde a finalement vécu un beau moment de convivialité.

Brothers pas in arms


Avant leurs déplacements en fin de semaine pour les barrages de l'Europa League, Bordelais et Stéphanois se retrouvent face à face dans un Chaudron survolté. Et s'ils sont Brothers forever, ce n'est que dans les tribunes, et surement pas sur le terrain. Dès le coup d'envoi, les hommes de Willy Sagnol mettent la pression sur la défense stéphanoise. Toutefois, malgré des premiers ballons très compliqués pour Florentin Pogba, ce sont bien les Verts qui se créent la première occasion franche. Alors qu'il reprend un bon coup franc de Bahebeck, Bayal Sall est signalé hors-jeu (4'). Dommage pour Nolan Roux, qui pensait avoir enfin marqué un but. Assez fébriles derrière, les joueurs de Christophe Galtier paniquent face au pressing des Girondins comme un tennisman français panique dès qu'il passe les huitièmes de finale. Devant, en revanche, Bahebeck se donne beaucoup pour sa première et semble capable de dynamiter la défense adverse seul.

En face – une fois n'est pas coutume – Khazri est en forme et le fait savoir en étant dans tous les bons coups des siens. Ils ne sont certes pas très nombreux, et rarement inquiétants, mais ils attestent tout de même que la bataille du milieu de terrain a été remportée par les Girondins. Il faut dire que sans véritable meneur…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant