Henning Berg : "Le Videoton a des ambitions"

le
0
Henning Berg : "Le Videoton a des ambitions"
Henning Berg : "Le Videoton a des ambitions"

Surprise du Mondial 1998 avec la Dream Team d'Egil Olsen et vainqueur de la Ligue des champions 1999, mais privé de finale sheringhamesque à cause d'une blessure, Henning Berg, l'ancien défenseur norvégien, reprend l'équipe un temps conduite par Bernard Casoni. Sa patte ? Une rigueur toute nordique.

"Szia" Henning ! Comment tu te sens en Hongrie ?
Bien ! Nouveau club, nouvelle ville, nouveau pays, nouvelle culture... C'est toujours très sympa d'entamer une expérience inédite en tant que coach, d'autant plus quand on te donne carte blanche. Évidemment, j'ai énormément d'infos à assimiler, mais les défis ne m'ont jamais vraiment effrayé. J'ai ressenti exactement la même chose quand je suis arrivé en Pologne pour entraîner le Legia Varsovie. J'avoue qu'il y avait un peu plus de pression là-bas qu'ici. Cela dit, un rythme costaud m'attendait d'entrée.

D'où l'élimination précoce en Europa contre Midtjylland (défaite 2-1 sur l'aller-retour, ndlr) ?
Exactement. Un mois et demi pour décrypter un collectif entier correctement, monter son propre système et l'imprimer dans l'esprit des joueurs sans trop bousculer les habitudes, le tout en préparant l'équipe à jongler entre l'Europe et le championnat, ça ne suffisait pas. On était clairement trop justes pour cumuler cet été, mais les gars avaient la niaque et je suis vraiment satisfait de leur performance. Le destin nous a empêchés d'accéder aux poules, c'est comme ça. On ira plus loin la saison prochaine !

Le "système" Berg, c'est quoi concrètement ?
Un football rapide et porté vers l'offensive. Un football où on domine et on marque beaucoup. Un football collectif collant à l'essence même du jeu. Un football où tous les membres de l'équipe ont un rôle bien défini. Un football où les types s'impliquent autant en attaque qu'en défense. Je ne parlerais pas de "football total", mais plutôt de "responsabilité totale" quelle que soit la position du joueur sur le terrain. Tu dois connaître ta mission individuelle et celle de ton adversaire direct en même temps.

Comment s'est goupillé le deal avec le Videoton ?
J'étais au Legia depuis environ deux ans, ce qui était énorme, vu la valse des coachs à l'époque. Tous mes homologues ont été virés pendant mon mandat. On a gagné l'Ekstraklasa en 2014, puis la Coupe (2015), tout roulait, mais les dirigeants voulaient du sang neuf. J'ai étudié les options qui m'ont été soumises et quand j'ai vu le Videoton, le challenge m'a intéressé…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant