Hénin-Beaumont : une élue FN soupçonnée de fraude au RSA

le
16
Hénin-Beaumont : une élue FN soupçonnée de fraude au RSA
Hénin-Beaumont : une élue FN soupçonnée de fraude au RSA

C'est une affaire qui pourrait faire tâche à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), commune considérée comme le «laboratoire» du Front national en France. Selon La Voix du Nord, une adjointe au maire frontiste ferait l'objet d'un dossier de contentieux pour fraude au RSA à la Caisse d'allocations familiales (CAF) du département.

Nommé aux affaires sociales de la municipalité en 2014 par le maire FN Steeve Briois, Aurélia Beigneux aurait oublié de mentionner ses indemnités d'élus -- qui s'élèvent à environ 700 € mensuels -- dans des déclarations trimestrielles jusqu'à son élection au conseil départemental en avril dernier. Elle aurait également donné des informations erronées sur son adresse et sa situation maritale.

Selon le journal local, c'est la CAF qui a alerté les services du Département après avoir constaté une «distorsion» entre les déclarations de ressources d'Aurélia Beigneux et ses revenus effectifs. Michel Dagbert, le président socialiste du conseil départementale du Pas-de-Calais, avait alors profité d'une séance le 23 novembre pour démentir l'absence de contrôles sur les aides sociales... en tournant son regard vers le banc du FN.

«Si c'était le cas, ce serait scandaleux»

Mise en cause, Aurélia Beigneux affirme qu’elle «n’a pas perçu indûment le RSA. Si c’était le cas, ce serait scandaleux». L'adjointe de Steeve Briois reconnaît bien avoir touché le RSA au moment de son départ de la région parisienne pour s'installer dans le Pas-de-Calais. «Mon employeur a refusé une rupture conventionnelle», répond-elle sans plus de précisions.

Ironie de l'histoire, l’élue occupe par ailleurs la fonction de vice-présidente du centre communal d’action sociale d’Hénin-Beaumont, chargé de l’instruction des dossiers de demande du RSA.

Pour José Evrard, le président du groupe FN au Département, Aurélia Beigneux n’aurait touché le RSA que «pendant deux ou trois mois. Et c’était ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 il y a 12 mois

    C'est sur que les élus du FN son scrutés à la loupe, ils feraient bien de dénoncer toutes les combines dans les autres partis politiques et là c'est des grosses casseroles aux deux pieds mais personnes ne semble entendre ou remarquer.

  • delapor4 il y a 12 mois

    Non réélu en 1993, il reçoit jusqu'en 1995 quelque 200 000 francs supplémentaires de la MIF, en tant qu'administrateur « chargé des contacts auprès des ambassades ou des universités ». Le 2 juin 2006 il est reconnu « coupable de recel d’abus de confiance » et condamné à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende par la 11e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris.

  • delapor4 il y a 12 mois

    De 1991 à 1993, c'est en qualité de « sociologue » que Jean-Christophe Cambadélis a été rétribué à hauteur de 420 499 francs par la Mutuelle interprofessionnelle de France (MIF), une filiale de la MNEF. Cambadélis était alors député, avec revenus afférents.

  • delapor4 il y a 12 mois

    Mis de nouveau en examen le 7 juin 2000 pour abus de confiance dans l'affaire de la MNEF, il est soupçonné d'avoir bénéficié d'un emploi fictif au sein de cette mutuelle étudiante entre 1991 et 1995, pour lequel il aurait touché 620 500 francs (94 580 euros) d'une filiale de la MNEF, au titre d'une activité permanente de conseil.

  • delapor4 il y a 12 mois

    Jean-Christophe Cambadélis : Poursuivi pour recel d'abus de biens sociaux dans l’affaire AGOS, société gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés auprès de laquelle il a bénéficié d'un emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 lui ayant rapporté plus de 442 000 francs (environ 67 382 euros), il est condamné en janvier 2000 à cinq mois de prison avec sursis et 100 000 francs (environ 15 244 euros) d'amende par le tribunal correctionnel de Paris.

  • M467862 il y a 12 mois

    Si une personne touche une somme qui ne lui permet pas de rentrer dans le cadre du RSA, manifestement, il y a faute. Circonstance aggravante, cette dame à une fonction qui l'oblige à savoir ce qui lui est reproché. FN ou pas FN, chacun encours les mêmes sanctions.

  • M467862 il y a 12 mois

    Les plus indulgents ici sont les plus sévères vis à vis de Thomas Fabius qui est en garde à vue et qui, pour l'instant, n'est pas mis en examen.

  • frk987 il y a 12 mois

    Trouvez dans un formulaire RSA la notion d'indemnités.....je crains fort que plus d'un élu se sente mal à l'aise ce soir !!!!!!

  • frk987 il y a 12 mois

    Alors là c'est un cas DELICAT, des indemnités ne sont pas des salaires ni des revenus, ce sont des défraiements. J'aimerais bien qu'il y ait condamnation car ça ferait jurisprudence pour les 10% de la population qui sont des zélus du peuple qui touchent des "indemnités" mais pas un seul ne les déclare ce qui est....NORMAL !!!!!! sauf pour le FN....MDR

  • M415325 il y a 12 mois

    Si une FN a tricher cela compense des eleçteurs des socialistes qui eux ce gavent sur les prestations