#Hello2017: la plateforme qui veut réconcilier les jeunes et la politique

le
0
#Hello2017: la plateforme qui veut réconcilier les jeunes et la politique
#Hello2017: la plateforme qui veut réconcilier les jeunes et la politique

Réconcilier les jeunes et la politique grâce à des vidéos ludiques et un comparateur de programmes: la plateforme citoyenne Voxe a lancé lundi, en association avec deux autres structures, le collectif #Hello2017.Composée de trois structures distinctes: "Voxe.org", "Kawaa" et "Curious", la plateforme a un objectif : donner aux 18-35 ans, une catégorie qui élection après élection boude particulièrement les urnes, toutes les informations nécessaires pour pouvoir s'informer sur les scrutins à venir."Ce que nous voulons, c'est donner envie aux jeunes de se réapproprier la campagne à venir, la rendre plus lisible. (...) L'idée, c'est vraiment de leur donner les clés pour qu'ils ne soient plus spectateurs mais acteurs", explique à l'AFP Léonor de Roquefeuil, co-fondatrice de Voxe.org.Emmenée par Voxe.org, #Hello2017 s'appuie sur un constat: les jeunes, "peu politisés", font massivement confiance à internet pour s'informer. "Ils sont 80% à faire confiance au web pour s'informer et 92% à être inscrits sur un réseau social", argumente-t-elle.L'idée n'est pourtant pas nouvelle: en 2007, le comparateur votons.info voit le jour et devient immédiatement un succès. En 2012, Voxe.org lance également son comparateur de programmes, aujourd'hui utilisé dans 16 pays. Mais cette fois, avec #Hello2017, ils entendent aller plus loin.Ainsi une fois sur la plateforme, l'internaute a le choix entre quatre onglets: "s'informer", "comparer", "interpeller" et "se rencontrer".Le premier offre des vidéos ludiques sur des sujets comme le logement ou le nucléaire. Le deuxième est un comparateur ludique de programmes. L'internaute choisit un thème: éducation, économie ou encore culture et médias et peut comparer les propositions des deux candidats qu'il a choisi préalablement. L'onglet "interpeller" permet lui à l'internaute de poser une question au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant