Heinz Müller et le CDI des footballeurs : acte 2

le
0
Heinz Müller et le CDI des footballeurs : acte 2
Heinz Müller et le CDI des footballeurs : acte 2

L'ancien gardien Heinz Müller est opposé à son ancien club Mayence sur le terrain judiciaire. Après une première victoire, la justice allemande a rejeté la semaine dernière la requalification de son contrat en CDI. Un retour à la situation de départ qui n'arrête pas l'affaire Müller, dont les conséquences pourraient être majeures pour le monde du sport européen.

  • 1. La décision révolutionnaire


    En mars 2015, le tribunal du travail de Mayence donne raison au gardien Heinz Müller dans le conflit qui l'oppose à son ancien club. Son avocat, Horst Kletke, ne cache pas sa réaction de l'époque : "La décision en première instance a été surprenante pour tout le monde." La surprise, c'est que le tribunal invalide la nature du contrat, un CDD. Pourtant, ce n'est même pas le sujet de la plainte d'origine. "Au départ, la plainte ne concerne pas le fait d'avoir un contrat à durée déterminée. Elle porte sur le paiement de l'année de prolongation en option qu'il avait." Cette prolongation devait être automatique si Müller jouait 23 matchs de Bundesliga. Mais l'entraîneur Thomas Tuchel bannit son gardien de l'équipe première à la suite d'un match contre Augsburg. Avant la rencontre, Müller se dit prêt à jouer alors qu'il a des problèmes musculaires. Sa blessure revient pendant le match. Tuchel devient fou à la mi-temps et ne souhaite plus revoir son joueur avec l'équipe première. Envoyé chez les U23, Müller n'a donc plus aucune chance d'obtenir ses matchs et son année de contrat en rab. C'est le début du conflit. L'Arbeitsgericht rejette les principales demandes de Müller sur cette prolongation. Mais la discussion dévie sur la manière dont le contrat a été prolongé. Après un premier CDD de deux ans signé par Müller, les juges allemands ont considéré que le nouveau contrat était nécessairement un CDI, le gardien ne justifiant plus d'un travail "temporaire", mais d'une réelle activité continue au sein du club… Plus simplement, puisque Müller dispose d'un CDI selon la justice, le contrat ne peut arriver à échéance et Müller est encore lié à Mayence. En suivant les règles applicables à n'importe quel autre travailleur en Allemagne, le spectre d'un arrêt Bosman d'un nouveau genre apparaît… Mayence, avec la DFL (la Ligue de football allemande) en appui, se voit contraint d'interjeter appel.

    Décision Müller : vers un bouleversement ?
  • [SPAN…



  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant