Heineken menacé en Asie par l'offensive d'un groupe thaïlandais

le
1
HEINEKEN MENACÉ EN ASIE PAR L'OFFENSIVE D'UN GROUPE THAÏLANDAIS
HEINEKEN MENACÉ EN ASIE PAR L'OFFENSIVE D'UN GROUPE THAÏLANDAIS

par Saeed Azhar et Denny Thomas

SINGAPOUR/HONG KONG (Reuters) - Heineken, le troisième brasseur mondial, a annoncé mercredi son intention de défendre ses intérêts en Asie après l'offre d'un groupe thaïlandais d'investir 1,3 milliard d'euros dans son principal partenaire dans la région.

Le marché Asie-Pacifique est l'un des plus dynamiques pour le groupe néerlandais, qui y produit entre autres la marque Tiger Beer dans le cadre d'une alliance avec le groupe de Singapour Fraser and Neave (F&N).

Thai Beverage, contrôlé par le milliardaire Charoen Sirivadhanabhakdi, a confirmé mercredi avoir engagé des discussions en vue de racheter 18,2% du capital de F&N au groupe financier Oversea-Chinese Banking Corp (OCBC) et à sa filiale d'assurance.

Si ces discussions aboutissent, Thai Beverage deviendra le premier actionnaire de F&N devant le japonais Kirin Holdings. Ce dernier s'est refusé à tout commentaire mercredi.

L'initiative surprise de Charoen a conduit Heineken à exprimer sa préoccupation face à ce qu'il a qualifié de développement soudain.

"Nous recherchons toutes les assurances nécessaires et nous prendrons toutes les mesures appropriées afin de préserver nos intérêts", a-t-il déclaré.

F&N et Heineken contrôlent à eux deux Asia Pacific Breweries (APB), dont Tiger Beer, commercialisée dans plus de 60 pays, est la principale marque.

Le groupe néerlandais, qui détient 42% d'APB contre 40% pour F&N, réalise la moitié de ses bénéfices dans les pays émergents. Il a déclaré mardi étudier les options à sa disposition dans ce dossier.

Plusieurs analystes jugent que l'offre de Thai Beverage pourrait conduire à terme à une scission de F&N, dont les différentes activités pourraient ainsi être mieux valorisées.

Certains estiment en outre que Heineken pourrait être contraint de lancer une contre-offre pour s'assurer le contrôle de F&N avant de céder une partie de ses actifs pour ne conserver que les activités de brasserie.

Le néerlandais pourrait facilement financer une telle opération, estime Gerard Rijk, analyste spécialisé d'ING à Amsterdam.

Des représentants de Thai Beverage et d'OCBC ont refusé de commenter ces informations.

Marc Angrand pour le service français, édité par Natalie Huet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3748275 le mercredi 18 juil 2012 à 13:32

    Thaibev pour ceux qui connaissent, c'est la biere "Chang" et la liqueur "Sangsom".