Heineken et Kronenbourg se disputent le titre de première bière de France

le
1
Heineken et Kronenbourg se disputent le titre de première bière de France
Heineken et Kronenbourg se disputent le titre de première bière de France

La guerre des capsules fait rage. Heineken a assuré ce jeudi être devenu la bière la plus vendue en France mais quelques heures plus tard Kronembourg lui a contesté cette suprématie.

La marque néerlandaise Heineken assure détenir désormais 18,4% des parts de marché en valeur et pour la première fois une majorité des parts de marché en volume (17,3%), selon le baromètre Iri 2013, qui compile les ventes en hyper et supermarchés, soit 75% des ventes de bière en France.

Kronenbourg, marque française mais filiale du brasseur danois Carlsberg, détient seulement, selon son rival, 16,2% du marché hexagonal en volume et 12,5% en valeur, selon Heineken.

Mais voilà, Kronenbourg assure détenir toujours 17,6% des parts de marché en volume.

Faux, rétorque Heineken qui prétend que le chiffre de 17,6% ne recouvre pas seulement la «Kro» classique, la blonde, mais d'autres produits de la gamme comme une Kronenbourg sans alcool ou une autre ambrée.

Iri, qui a réalisé ce baromètre, n'était pas joignable dans l'immédiat mais Kronenbourg devra s'expliquer précisément sur ses chiffres lors d'une présentation à la presse prévue mercredi prochain à l'occasion des 350 ans de la marque.

En 2012, le groupe Heineken (marques Heineken, Desperados, Pelforth, Affligem, Fischer...) estimait déjà être devenu le premier brasseur en France.

Un marché en baisse en 2013 

En 2013, les ventes de bière en France ont reculé de 3% en raison de l'augmentation des taxes (+160%) qui était intervenue en début d'année. Le demi au comptoir a particulièrement souffert avec un marché en repli de 7% dans les cafés-hôtels-brasseries. Une situation qui a surtout touché les grandes marques de bière, plus présentes dans les cafés que les petits brasseurs.

Le chiffre d'affaires d'Heineken en France a ainsi reculé de 10% l'an dernier, à 1,610 milliard d'euros, mais 2014 devrait être une meilleure année, selon le président du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gracyr le vendredi 14 fév 2014 à 06:15

    Finalement, on s'en fou!