Heineken bat le consensus grâce à l'Afrique et l'Amérique

le
0
AFRIQUE ET AMÉRIQUE DOPENT LE BÉNÉFICE 2012 D'HEINEKEN
AFRIQUE ET AMÉRIQUE DOPENT LE BÉNÉFICE 2012 D'HEINEKEN

BRUXELLES (Reuters) - Heineken a publié mercredi un bénéfice plus élevé que prévu en 2012 et a annoncé une hausse des volumes et du chiffre d'affaires pour cette année, tirés par une forte croissance en Afrique et en Amérique, permettant de compenser la faiblesse du marché européen.

Le troisième brasseur mondial et premier européen a en outre déclaré que les économies devraient être plus importantes que les hausses de coûts cette année. La hausse des facteurs de production serait ainsi modérée en 2013 après un bond de 8,3% en 2012.

Heineken estime également qu'il parviendra à réaliser 525 millions d'euros d'économies de 2012 à 2014 suivant son programme TCM2, les 25 millions de gains tirés de l'acquisition d'APB étant à présent intégrés à son objectif initial.

Il avait atteint 196 millions d'euros d'économies à la fin décembre 2012.

"L'année dernière, les réductions de coûts ont été amoindries par la hausse des coût de production. Cette année grâce à leur hausse modérée, les résultats devraient s'en trouver dynamisés", explique Trevor Stirling, analyste chez Bernstein.

"Les régions de plus forte croissance que sont l'Afrique, l'Amérique latine et l'Asie-Pacifique devraient largement compenser la faiblesse des volumes des marchés européens affectés par une incertitude économique constante et par les mesures d'austérité des gouvernements", a déclaré pour sa part Heineken.

Les ventes ont ainsi augmenté de 4,2% dans la région Amérique, de 3,6% en Afrique, contre une baisse de 2% en Europe.

"Les prévisions sont inégales en Europe (...) Certains pays sont plus résistants que d'autres", a déclaré le directeur général Jean-François van Boxmeer.

Heineken a fait état sinon d'un bénéfice net, avant éléments exceptionnels, en hausse de 7,1% à 1,70 milliard d'euros, alors que le consensus Reuters donnait 1,65 milliard.

A périmètre constant, cette hausse est de 1,6% alors que le brasseur lui-même anticipait un bénéfice inchangé.

Après la prise de contrôle d'Asia Pacific Breweries, le brasseur de la bière Tiger, l'an passé, le bénéfice d'exploitation de Heineken est réalisé pour plus de moitié (59%) dans les marchés émergents, une caractéristique qu'il partage avec son concurrent AB InBev.

Heineken pense que les dépenses commerciales et de marketing, en pourcentage du chiffre d'affaires, resteront à peu près stables en 2013, les coûts des facteurs de production n'augmentant que modérément.

L'action Heineken gagnait 4% à 54,06 euros à mi-journée, l'une des plus fortes progression en Europe.

Philip Blenkinsop, Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant