Heimir Hallgrimson : "David James clouait au marteau les panneaux publicitaires avant les matchs"

le
0
Heimir Hallgrimson : "David James clouait au marteau les panneaux publicitaires avant les matchs"
Heimir Hallgrimson : "David James clouait au marteau les panneaux publicitaires avant les matchs"

Le soleil illumine Reykjavik comme rarement. Du coup, Heimir Hallgrimson préfère recevoir dans les tribunes du Laugardalsvollur, le stade national, plutôt que dans son bureau situé dans les couloirs de l'enceinte. Co-sélectionneur de l'Islande avec Lars Lagerbäck, celui qui prendra seul en mains l'équipe après l'Euro 2016 fait le point sur les progrès du football islandais.

Pourquoi tu penses que le foot islandais se porte si bien en ce moment ? Cette question sur pourquoi le football islandais connaît un succès soudain, on nous la pose tout le temps. S'il y avait une réponse simple, je te la donnerais, mais je pense que c'est une conjugaison de facteurs qui sont arrivés au même moment. Évidemment, il faut avoir des bons joueurs, et les bons joueurs, nous les avons. On en a beaucoup, on a une excellente génération 89-90. Des hommes qui ont joué la phase finale de l'Euro U21 il y a 5 ans. C'est la génération de Sigurdsson Sigthorsson, Gislason, Aaron Gunnarson, Bjarnason. La moitié de l'équipe première, c'est eux. Ils ont joué ensemble pendant des années. Ils se connaissent très bien et c'est un grand groupe d'amis. Ils jouent tous dans des bons clubs européens. Un autre facteur, c'est Lars Lagerbäck qui a fait un travail formidable. Il a organisé l'équipe, il sait faire déjouer l'adversaire. C'est un homme qui sait comment faire jouer les outsiders. Il sait faire jouer les petites nations comme il avait fait avec la Suède. Évidemment, la Suède est bien plus grande que l'Islande, mais à l'échelle du foot européen, ça reste un petit pays.
Comment tu définirais l'apport de Lagerbäck ? Il a été tellement d'années en Suède qu'il est arrivé avec beaucoup d'expérience. Du point de vue de l'organisation tactique et de la structure, il a fait beaucoup de travail en profondeur sur les infrastructures aussi.
Comment se passe la cohabitation, entraîner à deux c'est possible ? Je vais te dire la vérité, quand la Fédération m'a appelé, je pensais être capable de prendre en main l'équipe seul, je te le dis du fond du cœur. Je pensais être assez bon pour entraîner la sélection, mais après deux ans avec Lars, je peux dire honnêtement que je n'étais pas prêt. En Islande, on est juste des amateurs, donc j'ai beaucoup appris avec Lars, et après l'Euro, je serai seul aux manettes.
Pour en revenir aux raisons du succès du football islandais, Lars est arrivé au moment exact où on avait les meilleurs joueurs, et il a tout organisé. Cela a été un cercle vertueux avec la nouvelle politique de formation de la Fédération, les nouvelles installations et l'appui du public. Nos supporters sont incroyables : à chaque fois, le stade est plein en cinq minutes quand…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant