HeidelbergCement déçoit avec ses chiffres 2013

le
0

par Marilyn Gerlach

FRANCFORT (Reuters) - HeidelbergCement a fait état mercredi d'un bénéfice net, d'un dividende et d'un niveau d'endettement inférieurs aux attentes des analystes financiers au titre de 2013, ce qui fait dire aux investisseurs que le cimentier allemand ne sera peut-être pas pleinement en mesure de tirer parti de la reprise.

Vers 12h45, l'action du numéro trois mondial du secteur en termes de capitalisation boursière reculait de 1,45% à 60,42 euros alors que l'indice regroupant les valeurs européennes liées à la construction reculait de 0,05%.

HeidelbergCement a dit s'attendre à une progression de son chiffre d'affaires et de son résultat opérationnel cette année, avant effets de change et modifications comptables, en raison d'une amélioration de la demande en Amérique du Nord et Europe.

Ces deux zones représentent près de 50% des ventes du groupe.

Les analystes financiers pensent que HeidelbergCement va relever ses prix aux Etats-Unis, peut-être de 5%, de même qu'en Grande-Bretagne et en Allemagne.

Mais ces analystes estiment également que le groupe est confronté à certains défis dans des pays émergents, comme en Indonésie, où il a perdu des parts de marché dans un contexte de faiblesse de la roupie, ou en Inde.

"Les projections (...) soulignent les éléments positifs de l'évolution macro-économique mais pas tellement les éléments positifs des activités (du groupe)", estime Ian Osburn, analyste chez Cantor Fitzgerald.

CONSENSUS ABAISSÉ ?

Les analystes de Bank of America Merrill Lynch pensent que le consensus d'une hausse de 10% du résultat brut d'exploitation (Ebitda) ajusté pourrait baisser au vu des chiffres 2013 et des prévisions fournies par le groupe.

Il y a un mois, Lafarge, le numéro un mondial du secteur dont les résultats ont été encore affectés au quatrième trimestre par des effets de change défavorables, a confirmé ses objectifs d'économies et de réduction de dette, misant sur une poursuite de la croissance dans les pays émergents et de la reprise aux Etats-Unis et en Europe.

Fin février, la suisse Holcim, le numéro deux, annoncé des résultats trimestriels inférieurs aux attentes et dit s'attendre à un ralentissement de la croissance des marchés de la construction en Asie-Pacifique et à la poursuite d'incertitudes en Amérique latine cette année.

HeidelbergCement a précisé avoir dégagé un résultat en hausse de 79% l'an dernier, à 945 millions d'euros. Le groupe propose un dividende de 0,60 euro par action au titre de 2013, contre 0,47 euro en 2012.

Les analystes financiers interrogés par Reuters anticipaient en moyenne 957 millions d'euros et 0,91 euro respectivement.

L'endettement net s'est établi à 7,5 milliards à fin décembre, contre 7,047 milliards un an plus tôt, soit un ratio endettement/bénéfice opérationnel avant dépréciations de 3,1, alors que le l'objectif avait été de ramener ce ratio à 2,8 à la fin de l'année dernière.

Après avoir lancé un avertissement sur ses résultats 2013 en novembre, le groupe a fait état début février d'une baisse de 0,6% de son chiffre d'affaires annuel, à 13,94 milliards. Le bénéfice opérationnel sur l'année dernière est resté stable à 1,61 milliard.

(Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant