Hedge funds : rien ne va plus depuis quatre ans

le
5

Les hedge funds, à l'échelle mondiale, sous-performent les marchés depuis l'année 2011.
Les hedge funds, à l'échelle mondiale, sous-performent les marchés depuis l'année 2011.

Le grand public a souvent une image déformée des hedge funds. On les imagine spéculateurs, court-termistes, risqués mais extrêmement rentables. Or, depuis plusieurs années, c'est plutôt l'inverse. Décryptage.

Echaudés par la crise financière de ces dernières années, les hedge funds ont souvent changé leurs méthodes. Les stratégies de gestion restent bien entendu très variées, mais la mode est désormais à la gestion mathématisée fonctionnant sur des modèles limitant a priori la prise de risque.

Comment se fait-il, dans ce cas, que les hedge funds ont régulièrement sous-performé le marché au cours des dernières années ? La réponse est technique mais intéressante pour la compréhension des arcanes du monde de la finance moderne.

Des hedge funds de moins en moins performants face au marché

Les hedge funds ont souvent surperformé les principaux indices boursiers au cours des années 2000. Selon une ancienne étude de Barclays, entre 2000 et 2009, les hedge funds ont en moyenne toujours surperformé d'au moins 3% un portefeuille moyen constitué à 50% d'obligations de tous types et à 50% d'actions suivant les variations du marché. Pourtant, depuis 2010, rien ne va plus pour les hedge funds. Comme l'indique le graphique ci-dessous, leurs performances relatives à ce portefeuille de marché sont devenues quasi-nulles puis négatives à partir de 2010. Les hedge funds sous-performent donc désormais régulièrement le marché.

Hedge funds : rien ne va plus depuis quatre ans
Hedge funds : rien ne va plus depuis quatre ans

Le plus étonnant est de remarquer que c'est finalement après la crise que les hedge funds ont commencé à sous-performer le marché. On remarque que les années des pics de crise (2001, 2002 et 2008) ont été plutôt bonnes pour les hedge funds par rapport au marché, tout comme les années d'euphorie (2006, 2007) et de rebonds boursiers (2009). Dans ce cadre, comment se fait-il que les hedge funds ont de si mauvaises performances depuis 2010 alors que ces dernières années ont été marquées par une remontée progressive des cours de Bourse ?

Premières raisons : nouvelles réglementations et banques centrales

Pour expliquer cette sous-performance, on pourrait penser au durcissement de la réglementation encadrant les activités de gestion. Certes, depuis 2009-2010, certaines règles prudentielles ont été imposées aux gérants de fonds, limitant certaines prises de position risquées mais rémunératrices. La réglementation ne jouerait toutefois qu'un rôle marginal dans cette sous-performance moyenne.

La vraie raison proviendrait de l'action des banques centrales (!). Ayant soutenu le marché dans des proportions encore jamais vues, les banques centrales auraient changé les « règles du jeu » des marchés boursiers, et les hedge funds en seraient troublés depuis quatre ans.

Tout d'abord, l'action des banques centrales a provoqué un effondrement de la volatilité des marchés. Les banques centrales, et surtout la Fed, ont employé des moyens colossaux pour rassurer les investisseurs après la crise financière de 2008. Les marchés ont effectivement retrouvé leur calme au cours des dernières années et les variations des indices boursiers d'une séance à l'autre sont redevenues plutôt faibles, notamment en 2012 et 2013. Or, les hedge funds tirent en partie leurs revenus des mouvements excessifs observés sur les marchés boursiers, aussi bien à la hausse qu'à la baisse. Il devient donc pour eux plus difficile de trouver des opportunités d'investissements dues aux inefficiences de marché comme cela était régulièrement le cas auparavant.

Le c½ur du problème : des modèles mathématiques inadaptés

Ce n'est pas tout. Par l'ampleur de leurs interventions, les banques centrales ont conféré aux marchés financiers un comportement déconnecté des fondamentaux de l'économie dans les années d'après-crise. La Fed, par l'ampleur de ses plans de « quantitative easing », a notamment soutenu la hausse des actifs (actions comme obligations) alors que les fondamentaux n'étaient pas encore au rendez-vous.

Or, les modèles mathématiques utilisés par les hedge funds sont souvent programmés pour repérer ces périodes de survalorisation des marchés, et ont donné des signaux de vente alors que les marchés ont continué à progresser sans sourciller. De même, les modèles utilisés ont généralement repéré une irrationalité des investisseurs, ces derniers prêtant par exemple à certains pays européens à des taux plus faibles qu'aux Etats-Unis, quand bien même les fondamentaux économiques européens étaient clairement plus mauvais qu'outre-Atlantique. Prenant position pour anticiper un retour à la normale, les hedge funds ont parfois fait fausse route alors que la BCE a quant à elle continué d'accentuer ces valorisations « anormales ».

Conclusion : les hedge funds sous-performent en moyenne le marché depuis près de quatre ans. Un constat qui souligne que ces dernières années, il a été bien difficile d'anticiper les variations futures des marchés, et que la rationalité n'a pas toujours été payante.

X.B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tidy65 le mardi 2 déc 2014 à 17:48

    paix a leur âme et bon débarras (cassez vous mais mourrez en silence svp !!)MERCI a l’économie libérale d'avoir créer çà !!!

  • surfer1 le mardi 2 déc 2014 à 17:45

    Sans compter les commissions de gérants qui se gavent...

  • titresyl le mardi 2 déc 2014 à 17:37

    que les vautours se fassent manger par les vautours .....TANT MIEUX !!!

  • angel001 le mardi 2 déc 2014 à 17:31

    On croit rêver... Qui va croire ça sans rire ?

  • igvisor le mardi 2 déc 2014 à 17:20

    Modele mathematique inadapte, attend attend reduit moi ca doucement je change de main et je ferme les yeux ;-)