Hécatombe au Stade Français

le , mis à jour à 07:00
0
Hécatombe au Stade Français
Hécatombe au Stade Français

C'est le pire des scénarios. Celui auquel le Stade Français voulait à tout prix échapper. Malheureusement, jeudi soir, le rendez-vous de Challenge européen contre Timisoara a porté deux coups au moral du staff parisien malgré la victoire finale (27-0). Deux joueurs ont, en effet, rejoint l'infirmerie des lignes arrière pourtant déjà bien remplie.

Dès l'échauffement, Julien Arias a dû renoncer en raison d'une blessure aux côtes. Puis, alors qu'il venait d'entrer en jeu cinq minutes plus tôt, Meyer Bosman a rejoint le banc de touche en boitant, atteint au genou droit et aux ligaments internes. Les voilà indisponibles au même titre que Jérémie Sinzelle, Geoffrey Doumayrou, Hugo Bonneval et Jonathan Danty.

Une situation loin d'être idéale quand se profilent un enchaînement périlleux en Top 14 (réception de Lyon, déplacements à Bordeaux et Toulon puis venue de Montpellier) et l'absence de nombreux internationaux en raison des test-matchs du mois de novembre.

Des joueurs très sollicités depuis le début de saison

Jeudi, après la rencontre, Gonzalo Quesada ne cachait pas son dépit face à ces coups du sort qu'il craignait, tant certains de ses joueurs ont été sollicités depuis le début de saison. « A un moment donné le corps dit stop, constatait-il à propos de Meyer Bosman. On a tout fait pour l'arrêter. On a même mis Jules Plisson au centre... Mais à un moment, on n'a plus de joueurs. »

C'est ainsi que les jeunes Karim Qadiri (22 ans), Théo Millet (19 ans) et Faraj Fartass (19 ans) se sont retrouvés, ces dernières semaines, à débuter avec l'équipe première en tant que titulaires. En ces temps compliqués, Quesada apprécie à sa juste valeur d'avoir enfin pu faire reposer ses avants, notamment Van der Merwe et Slimani.

« On est conscients de l'effectif qu'on a et de qui on est », résumait-il, jeudi pour expliquer la prestation moyenne face aux Roumains. Les prochaines semaines s'annoncent en effet comme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant