"He's a Kenyan, a mighty Kenyan, called Victor Wanyama"

le
0
"He's a Kenyan, a mighty Kenyan, called Victor Wanyama"
"He's a Kenyan, a mighty Kenyan, called Victor Wanyama"

Arrivé cet été à Tottenham pour rejoindre Mauricio Pochettino, qui l'avait fait exploser à Southampton, Victor Wanyama est devenu en quelques semaines un homme indispensable dans le système des Spurs. Loin de Nairobi, où tout a commencé.

Un train de la ligne Middlesbrough-Londres, quelques canettes de Beck's et des gros costauds qui font bouger la voiture. Le cocktail est parfait, et la preuve que les supporters anglais sont les plus grands auteurs de tubes de tribunes est une nouvelle fois apportée. Quelques heures plus tôt, le Tottenham de Mauricio Pochettino a validé son excellent début de saison par une quatrième victoire en six matchs de championnat sur la scène du Riverside Stadium de Middlesbrough. Alors, l'heure est venue de rendre hommage à une nouvelle pièce déjà devenue indispensable au système Pochettino. Un boulon à un peu plus de treize millions d'euros arraché cet été à Southampton qu'on aime déjà chanter sous les écharpes des Spurs. Cette fois, le choix s'est porté sur un remix de La Bamba de l'immense Ritchie Valens – "Victor Wanyama, Victor Wanyama, he eats spaghetti..." –, histoire de rappeler au nouveau milieu kényan de Tottenham un tweet de mai 2012 : "I had spaghetti and it was very nice i enjoyed it." Cette sortie a depuis aidé à construire le personnage, un homme devenu référence sur le tableau de la Premier League et qui semble atteindre actuellement sa pleine expansion. C'est simple : depuis le début de saison, Wanyama a été de toutes les feuilles de match de Pochettino en championnat. Plus encore, le seul jour, hors soirées de coupe nationale, où le technicien argentin n'a pas utilisé le joueur qu'il a contribué à faire exploser lors de son passage à Southampton, Tottenham a chuté en C1 contre l'AS Monaco (1-2). Oui, cette saison, les Spurs sont plus forts que la saison dernière, car Eric Dier possède aujourd'hui un seconde ventricule pour faire battre le cœur du jeu des Londoniens. Il s'appelle Victor Wanyama et n'a qu'une seule exigence : vivre par le combat.

The new @VictorWanyama song on the way back from Middlesbrough yesterday 🍜 #COYS pic.twitter.com/MXKq9zz4Jg

— TottenhamAMF (@TottenhamAMF) 25 septembre 2016 [H2…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant