HCup: le Racing entre méfiance et compassion

le
0

par Cécile Grès

LE PLESSIS-ROBINSON, Hauts-de-Seine (Reuters) - A deux jours des retrouvailles avec Edimbourg pour le deuxième acte de leur confrontation en HCup, l'entraîneur du Racing-Métro, Gonzalo Quesada, a pris mercredi la défense des Ecossais, laminés cette semaine par la presse britannique.

Demi-finaliste l'an dernier, Edimbourg a complètement raté son début de campagne européenne : trois défaites en trois matches, 97 points encaissés et aucun essai marqué.

Après avoir été giflé 45-0 à domicile par les Saracens et assommé 33-0 par le Munster, Edimbourg s'est enfoncé le week-end dernier au stade Yves-du-Manoir où il a été battu 19-9.

La presse n'a pas été tendre avec le club écossais, accusé de galvauder la compétition et d'avoir connu, la saison dernière, un succès en trompe-l'oeil.

"Il n'était pas dur d'être meilleur qu'Edimbourg samedi dernier", a écrit the Herald Scotland, d'autant que le Racing n'est "pas vraiment un géant de la HCup".

Alasdair Read, du Telegraph, a été encore plus incisif : "Soyons honnêtes, Edimbourg a profité la saison dernière d'une chance scandaleuse en Coupe d'Europe. Les Dieux du rugby finissent toujours par reprendre ce qu'ils ont donné."

"C'est quand même la seule équipe de toute l'histoire de la Coupe d'Europe à n'avoir marqué aucun point après ses deux premiers matchs de poule !", ajoute-t-il.

"IRRESPECTUEUX"

Ces critiques n'ont pas été du goût de Gonzalo Quesada, entraîneur d'un Racing qui devra l'emporter vendredi pour préserver ses chances de qualification pour les quarts de finale.

"Ce que j'ai pu lire dans la presse britannique est très dur et surtout irrespectueux", a-t-il dit.

"Je ne comprends pas et je ne suis pas d'accord. Remettre en cause l'intérêt même des clubs écossais en Coupe d'Europe constitue un vrai manque de respect."

Gonzalo Quesada redoute surtout la réaction de la bête écossaise blessée, lui-même ayant eu à gérer le traitement médiatique d'une "crise" après cinq défaites consécutives de la 7e à la 11e journée de Top 14.

"Ils joueront chez eux et ils auront à c?ur de prouver que ce qu'il se dit n'est pas vrai. Ils vont vouloir montrer une autre image", a-t-il prévenu.

Antoine Battut, troisième ligne aile francilien, s'attend lui aussi à devoir subir un sursaut.

"J'avoue que j'ai du mal à comprendre leur dernière place et leurs résultats. Quand je vois le procès qu'ils sont en train de se prendre par la presse, je me dis qu'ils doivent être quand même bien remontés", a-t-il dit.

Les Racingmen sont d'autant plus méfiants qu'ils ont dans un coin de la tête le match disputé la saison dernière à Edimbourg. Au terme d'un "match de dingue", selon les mots de Juan Martin Hernandez, le Racing s'était incliné 48-47.

La rencontre s'était jouée devant 6.000 personnes, dans un stade de Murrayfield qui peut en accueillir 67.000. Edimbourg aura besoin cette fois d'un peu plus de soutien.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant