HCR-Le monde a trop attendu pour réagir à la crise des réfugiés

le
0

NATIONS UNIES, 27 septembre (Reuters) - Le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Antonio Guterres, a déclaré samedi que le monde entier avait attendu trop longtemps pour réagir à la crise des réfugiés provoquée par les conflits en Syrie et en d'autres points, même si les pays riches semblent comprendre désormais toute l'ampleur du problème. "Malheureusement, c'est seulement quand les pauvres entrent chez les riches(...)qu'ils se mettent à exister", a dit Guterres à Reuters dans une interview, accordée en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York. "Tant que nous n'avions pas d'exode massif vers l'Europe, le monde développé n'a pas appréhendé la gravité de la crise", a-t-il dit. "Si, par le passé, nous avions accordé un soutien plus massif aux pays du monde en développement qui les hébergeaient et les protégeaient, nous n'en serions pas là", a-t-il continué. Depuis des années, le Liban, la Turquie et la Jordanie s'efforcent de faire face à la présence sur leur territoire de plusieurs millions de réfugiés syriens, chassés par une guerre civile dont les origines remontent à mars 2011. "Les réfugiés vivent dans des conditions de pire en pire", estime le patron du HCR. "Ils n'ont pas le droit de travailler, une majorité écrasante d'entre eux vivent en dessous du seuil de la pauvreté. Il est de plus en plus difficile pour eux de garder espoir". (Louis Charbonneau; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant