Hazem el Beblaoui entame ses consultations en Egypte

le
0
HAZEM EL BEBLAOUI SE LANCE DANS LA FORMATION DU GOUVERNEMENT ÉGYPTIEN
HAZEM EL BEBLAOUI SE LANCE DANS LA FORMATION DU GOUVERNEMENT ÉGYPTIEN

par Maggie Fick et Peter Graff

LE CAIRE (Reuters) - Hazem el Beblaoui, nommé Premier ministre égyptien par intérim, mardi, dit vouloir s'atteler immédiatement à la formation d'un nouveau gouvernement en consultant d'abord Mohamed ElBaradeï et Ziad Bahaa Eldin, chefs de file du courant libéral.

Interrogé par Reuters, l'ancien ministre des Finances âgé de 76 ans a reconnu qu'il serait difficile de faire l'unanimité.

"Evidemment, nous respectons l'opinion publique et nous essayons de nous conformer aux attentes, mais il y a toujours un moment où il faut choisir. Il n'y pas qu'une possibilité. On ne peut pas satisfaire tout le monde", a-t-il souligné.

La constitution rapide d'un gouvernement de transition est une priorité pour l'armée qui redoute de nouvelles violences après la fusillade qui a fait 55 morts lundi au Caire devant la caserne de la Garde républicaine où serait détenu le président Mohamed Morsi, déposé par les militaires le 3 juillet à la suite d'imposantes manifestations. Les généraux comptent également sur un retour au calme avec le début du ramadan mercredi.

Mohamed Elbaradeï, ex-directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et lauréat du prix Nobel de la paix, a été nommé vice-président chargé des Affaires étrangères.

Le Front de salut national (FSN), dont il est l'un des chefs de file, a retiré mercredi le communiqué diffusé la veille pour rejeter le décret constitutionnel adopté par le président intérimaire Adli Mansour et l'a remplacé par une déclaration moins critique envers ce texte qui prévoit un processus de transition étalé sur six mois.

Le mouvement répète toutefois ne pas avoir été consulté à ce sujet et dit ne pas avoir donné son accord à certaines dispositions. Il juge en outre que d'autres font défaut ou doivent être amendées et explique que sa position sera exposée au président par intérim.

Le décret a été rejeté pour des raisons différentes par les deux principaux mouvements islamistes, les Frères musulmans et les salafistes d'Al Nour, ainsi que par des groupes de jeunes révolutionnaires et des personnalités sans étiquette politique.

AIDE FINANCIÈRE DE RYAD ET D'ABOU DHABI

Al Nour, deuxième parti islamiste après la confrérie, a toutefois fait savoir qu'il ne s'opposait pas à la nomination de Hazem el Beblaoui. Le mouvement avait empêché en fin de semaine dernière la désignation d'ElBaradeï à ce poste.

Le nouveau chef du gouvernement n'a pas exclu de proposer des postes ministériels aux mouvements islamistes, mais la participation des Frères musulmans, qui réclament la réintégration de Mohamed Morsi à son poste, semble exclue.

Du côté d'Al Nour, qui a annoncé l'arrêt de ses activités politiques après les violences de lundi, on refuse aussi de siéger au gouvernement, mais le mouvement, a dit un porte-parole, pourrait l'aider "à sortir de cette période transitoire aussi vite que possible et avec le minimum de dégâts".

"Nous sommes prêts à conseiller mais nous en restons pour le moment à la décision de ne pas participer au processus politique en attendant le rapport de la commission judiciaire sur ce qui s'est produit", a-t-il ajouté, évoquant les événements de lundi.

Pour aider à la mise en place du processus de transition alors que l'Egypte traverse aussi une grave crise économique, les Emirats arabes unis et l'Arabie saoudite ont promis au Caire une aide financière de huit milliards de dollars.

Les rues du Caire sont restées calmes mardi mais des milliers de sympathisants des Frères musulmans se sont rassemblés aux abords d'une mosquée de la capitale où ils manifestent depuis le renversement du chef de l'Etat. Des milliers de manifestants islamistes ont aussi marché dans les rues d'Alexandrie, la deuxième ville du pays.

Deux membres des services de sécurité ont par ailleurs été tués et six autres blessés par des islamistes dans le Sinaï.

Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant