Hazard vs De Bruyne : l'Alliance invisible

le
0
Hazard vs De Bruyne : l'Alliance invisible
Hazard vs De Bruyne : l'Alliance invisible

Des numéros 9 qui marquent et des milieux qui font des passes vers l'avant : la quatrième nation mondiale a retrouvé un peu de sa superbe samedi contre Chypre. Grâce à Hazard, grâce à De Bruyne aussi. Une perf' qui tombe juste à temps pour faire taire les mauvaises langues et aborder au mieux l'importantissime déplacement en terre sainte contre Israël.

Comme toujours après un match, il y a mille enseignements à tirer. En cela, le Belgique-Chypre de samedi soir aura répondu à l'attente. Principalement parce que Marc Wilmots a - enfin - osé repenser son animation dans le triangle du milieu. Revoir Axel Witsel vagabonder à sa guise sur la pelouse du stade Roi-Baudouin a réconcilié les amoureux d'un football plus direct avec le style Wilmots. Un style de plus en plus modulable, de moins en moins caractéristique, mais qui continue de prendre des points. À son arrivée à la tête de la sélection, Wilmots avait transformé Axel Witsel en milieu défensif. Presque trois ans après son intronisation, le sélectionneur national abdique et rend sa liberté au joueur du Zénith. À sa place, on retrouve désormais Radja Nainggolan. Moins sentinelle, plus explosif, il semble avoir profité du passage à l'heure d'été pour glaner les quelques points d'opinion favorable qui lui manquaient encore.
Pendant ce temps-là, Fellaini a dépassé Van Buyten
Cette nuit pluvieuse aura également été l'occasion de voir Marc Wilmots reconduire sa confiance en Nicolas Lombaerts, d'assister au premier but en deux ans et demi de Christian Benteke, aux débuts de Michy "supersub" Batshuayi, au passage en force de Toby Alderweireld sur son côté droit et à l'extinction d'un tabou : en inscrivant deux jolis buts, Marouane Fellaini (11 buts) dépasse enfin celui qui était encore jusqu'à peu le meilleur buteur en activité des Diables rouges, le retraité Daniel Van Buyten (10 buts). Une nouvelle ère qui ouvre un boulevard à toute une génération. À Lukaku (8 buts), Benteke (7), Mirallas (9) ou Mertens (7), mais surtout à Eden Hazard (7 buts/14 passes décisives et 55 sélections) et Kevin De Bruyne (8 buts /12 passes décisives et 31 sélections). Deux hommes qui cristallisent à eux seuls plus d'attention que n'en auront jamais l'ensemble de leurs concurrents. Deux hommes dont on attend qu'ils combinent, qu'ils s'amusent, qu'ils marquent et qu'ils gagnent. Ensemble, et tout le temps. Parce qu'ils sont les plus forts, que tout le monde le sait, mais qu'il faut aussi que cela se voit.
La déprime galloise
Dimanche 16 novembre dernier, il est 19h45, et la Belgique est sonnée. Pas seulement pour Dries Mertens, emmené à l'hôpital après un terrible choc crânien avec George Williams, mais aussi parce qu'elle vient de concéder le nul à domicile…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant