Hayange: le maire FN débarque deux autres adjoints

le
0
Hayange: le maire FN débarque deux autres adjoints
Hayange: le maire FN débarque deux autres adjoints

Il n'en a pas fini avec ses détracteurs. Deux semaines seulement après l'exclusion de sa première adjointe Marie Da Silva, qui l'accusait d'avoir fraudé ses comptes de campagne, le maire Front national d'Hayange (Moselle) Fabien Engelmann a congédié ce vendredi deux nouveaux adjoints de son équipe municipale. 

Patrice Hainy (sports) et Emmanuelle Springmann (commerce, développement économique et culture) payent leur soutien à l'ancienne numéro deux de Fabien Engelmann. Les deux élus avaient notamment mis en doute la sincérité des résultats du scrutin qui avait conduit au départ de Marie Da Silva, début septembre, au terme d'un conseil municipal tendu et très médiatisé.

«Je ne peux pas continuer à travailler comme ça avec des gens qui me poignardent dans le dos», s'est justifié l'élu frontiste. «Ces personnes se sont mises d'elles-mêmes à l'écart de mon équipe municipale, par leurs déclarations mensongères dans la presse. C'est une décision collective avec le reste de mon équipe et elle coule de source, car eux-mêmes auraient dû démissionner, s'ils en avaient eu le courage», a-t-il estimé.

Le retrait des délégations des deux adjoints doit toutefois être voté, «à huis clos» probablement pour éviter d'afficher un nouveau mélodrame médiatique.

«Une vengeance personnelle»

Une décision qui n'empêchera pas le bras de fer que se livre les deux camps de se poursuivre sur le terrain juridique. Fabien Engelmann a porté plainte pour diffamation contre Marie Da Silva et ses deux alliés qui multiplient les polémiques sur sa gestion de la ville. Marie Da Silva avait répliqué à sa mise à l'écart en affirmant avoir illégalement financé la campagne du maire aux dernières municipales et saisi la Commission nationale des comptes de campagne.

Vendredi, l'ancienne première adjointe a interprété la décision du maire de se séparer de Patrice Hainy et de Emmanuelle Springmann comme «une vengeance ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant