Havas confirme ses objectifs de croissance pour 2015

le
0

* Chiffre d'affaires en hausse de 15,7% au T3 à 516 mlns * Croissance organique de 5,5% au T3, de 6% sur neuf mois * Havas maintient son objectif d'une croissance de 5% en 2015 (Actualisé avec conférence téléphonique) par Joseph Sotinel PARIS, 22 octobre (Reuters) - Havas HAVA.PA continue de profiter d'une croissance solide cette année, aidé par sa performance en Amérique du Nord, mais a choisi de ne pas relever sa prévision de croissance organique pour l'exercice. Le sixième groupe publicitaire mondial a enregistré au troisième trimestre un chiffre d'affaires de 516 millions d'euros, en croissance organique de 5,5%, identique à celle du deuxième trimestre. Le groupe dirigé par Yannick Bolloré, qui avait dit précédemment viser 5% de croissance organique sur l'année, atteint 6% sur les neuf premiers mois, mais ne relève pas son objectif. "Nous ne changeons pas trimestre après trimestre, nous regardons la situation sur l'année", a expliqué jeudi François Laroze, directeur financier d'Havas, lors d'une conférence téléphonique. La forte croissance en 2014 justifie, a-t-il dit, une relative prudence vis-à-vis de l'objectif pour 2015, qui prévoit de fait une croissance organique de seulement 2% au dernier trimestre de l'année. Publicis PUBP.PA , numéro trois mondial du secteur, a fait état en début de matinée d'une croissance organique plus faible que prévu au troisième trimestre, et a réduit sa prévision de croissance organique à 1% sur toute l'année 2015. ID:nL8N12L5KU Le groupe dirigé par Maurice Lévy a mis en avant l'intensité des renégociations de contrat sans précédent qui a lieu cette année, et qui a mobilisé les forces de ses agences américaines. Havas, pour sa part, était peu exposé aux renégociations, à l'exception de son contrat avec Sears SHLD.O , qui a décidé de partager son activité entre Havas et Publicis. Ces renégociations, venues de géants comme Coca-Cola KO.N ou Procter & Gamble PG.N , sont nées d'une polémique autour des pratiques de facturation des grands groupes publicitaires quand ils achètent de l'espace dans les médias. Cette semaine, l'association américaine des annonceurs (ANA) a demandé à deux sociétés d'enquêter sur ces pratiques, selon le Financial Times. ID:nL8N12L2NA Havas est moins exposé que ses concurrents. "J'ai réaffirmé à nos dirigeants d'agences aux Etats-Unis qu'ils devaient s'en tenir aux valeurs qui sont celles de l'intégralité du groupe Havas", a affirmé Yannick Bolloré lors de la conférence téléphonique. * Le communiqué : http://bit.ly/1Gkdijs (Edité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant