Havana Club-Bacardi : la guérilla du rhum

le
0
Depuis vingt ans, Bacardi et Pernod Ricard se livrent une bataille juridique et commerciale sans merci pour le contrôle d'Havana Club. La marque, confisquée par Castro en 1959, menace la suprématie mondiale de Bacardi.

Perchée sur l'Edificio Bacardi, une statue de chauve-souris surplombe la Vieille Havane. Ailes déployées, le volatile figure sur les bouteilles de Bacardi, le rhum le plus célèbre du monde. Vendu partout... sauf à Cuba, où il est non grata. Un bannissement à l'origine d'une guerre politique, juridique et commerciale sans merci. Depuis vingt ans, Bacardi met tout en ½uvre pour contrarier le déploiement mondial de son rival Havana Club, détenu par l'État cubain et commercialisé par Pernod Ricard. Une façon de prendre sa revanche sur l'histoire.

Jusqu'à la révolution de 1959, l'Edificio Bacardi était en effet le siège d'un des empires les plus prospères de Cuba, fondé en 1862 par Facundo Bacardi. Très puissants, les Bacardi ont soutenu le régime de Fidel Castro dans les mois suivant la révolution, «pensant sans doute pouvoir le manipuler», confie un connaisseur de l'île. Vilma, l'épouse de Raul Castro, était la fille de José Espin, l'avocat des Bacardi.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant