Hauts-de-Seine : le covoiturage des villes dessert la mosquée

le
0
Hauts-de-Seine : le covoiturage des villes dessert la mosquée
Hauts-de-Seine : le covoiturage des villes dessert la mosquée

Frédéric est un « maronite athée », Patrice un « chrétien athée », Olivier « le dernier baptisé de la famille » et Naïk se revendique de religion… « bigoudène » ! Mais ces quatre habitants des Hauts-de- Seine organisent, grâce à leur application Microstop, le covoiturage des musulmans qui se rendent à la mosquée, notamment pour le ramadan qui a débuté hier.

 

Sur le même principe que le grand frère BlaBla-Car, Microstop transforme les voitures particulières en une multitude de petits bus à quatre places, mais sur de très courts trajets en ville, résolvant du même coup problèmes d’embouteillages et de pollution.

 

« Avec de petits trajets à 1 €, la motivation ne peut pas être l’argent »

 

Séduisant sur le papier, le concept a rencontré un frein majeur : « Avec de petits trajets à 1 €, la motivation ne peut pas être l’argent », a vite constaté Patrice de Coen, cofondateur de Microstop. Les créateurs ont alors misé davantage sur « les problèmes de stationnement ou l’envie de s’entraider ». Deux arguments qui ont trouvé écho notamment dans l’importante communauté musulmane de Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine. « Trois mille fidèles viennent pour la prière du vendredi, et presque 5 000 personnes la nuit pendant le ramadan, comptabilise Mohammed Benali, le président de l’association qui gère la mosquée Enour. Un parking de 150 places est mis à disposition par la mairie, mais cela n’est pas suffisant dans un quartier déjà très dense. Les gens se garent parfois n’importe comment, devant les entrées de garage ou l’arrêt minute de l’école, et les riverains sont las. » Avec Microstop, les fidèles pourront se déclarer comme membres de la communauté de la mosquée de Gennevilliers, se reconnaître entre eux et covoiturer ensemble. Une opportunité pour la start-up, qui prend soin de balayer toute idée de communautarisme : « Nous organisons des groupes de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant