Haute-Savoie : les connexions moyen-orientales des al-Hilli passées au crible

le
0
L'enquête examine trois pistes, celle d'un différend familial, celle des activités professionnelles de l'ingénieur et celle liée aux origines irakiennes des victimes.

De notre correspondant à Londres

Qu'est-ce qui, derrière l'image d'une «famille parfaite» décrite par un ami des al-Hilli, James Matthews, a pu déclencher l'implacable furie meurtrière de tueurs déterminés? C'est ce que cherchent à élucider à Londres les enquêteurs franco-britanniques, dont la coopération sur le quadruple meurtre de Chevaline (Haute-Savoie) «se passe pour le mieux», selon le colonel Marc de Tarlé, chef du détachement de quatre gendarmes au Royaume-Uni. L'examen méticuleux de la maison des victimes à Claygate, 25 kilomètres au sud-ouest de Londres, s'est poursuivi dimanche toute la journée et pourrait reprendre lundi. Samedi, des experts de la police scientifique en combinaison blanche, gants et protection capillaire, ont passé les lieux au peigne fin. Rien n'a été dévoilé sur les résultats de ces recherches, la police espérant entre autres mettre la main sur l'ordinateur de Saad al-Hilli, le père de famille.

Sans rien négliger, l'enquêt

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant