Haute-Savoie : la fragilité des témoignages d?enfants

le
0
La tuerie de Chevaline rappelle sur quelques points l'affaire Dany Leprince, survenue en 1994 à Thorigné-sur-Dué.

Le drame vécu par deux petites de filles d'environ 4 et 8 ans lors du massacre de Chevaline (Haute-Savoie) rappelle quelques aspects de l'affaire de Thorigné-sur-Dué (Sarthe). Le 5 septembre 1994 une famille d'agriculteurs - les parents et deux de leurs trois filles - est retrouvée morte, tuée à son domicile à la «feuille» de boucher (une sorte de gros couteau-hache). Seule la benjamine, Solène, alors âgée de deux ans, a survécu, indemne de toutes blessures physiques. Son oncle, Dany Leprince, qui habite la maison voisine, sera condamné à la perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans pour ce quadruple homicide bien que niant y avoir participé après de premiers aveux. Mobile supposé: la jalousie familiale et des querelles d'argent.

Solène, quoiqu'encore bébé, concentra l'attention des enquêteurs car elle était sur la scène du crime. Confiée d'abord à sa nourrice, l'enfant rejoignit ensuite le foyer d'une des ses tantes, soeur de sa mère. Dans les m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant