Haute-Garonne : le FN contrarie les ambitions de Moudenc

le
0
Le maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc espérait voir l'UMP ravir la présidence du département au PS.
Le maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc espérait voir l'UMP ravir la présidence du département au PS.

Motus et bouche cousue. Le maire (UMP) de Toulouse Jean-Luc Moudenc a imposé le silence radio à la grande coalition de la droite et du centre lancée à l'assaut du département de la Haute-Garonne, bastion réputé imprenable du PS. L'ambition affichée du successeur de Dominique Baudis et Philippe Douste-Blazy de faire élire pour la première fois depuis la Libération un(e) candidat(e) non socialiste à l'hôtel du département est sérieusement compromise par les scores élevés du FN. Le parti de Marine Le Pen sera présent dans sept duels et cinq triangulaires dimanche prochain. Du jamais-vu dans ce pays de cocagne boosté par Airbus.Contrairement à Alain Juppé, son nouveau mentor des bords de la Garonne, le maire de la "ville rose" hésite à se démarquer ouvertement de la stratégie du "ni PS ni FN" imposée par Nicolas Sarkozy à la tête de l'UMP. Moudenc peut certes se féliciter de l'élimination des candidats frontistes sur les onze cantons toulousains. Ses adjoints envoyés au front feront classiquement face à des socialistes qu'aucun vent d'autan soufflant de Grèce ou d'Espagne n'aura réussi à ébranler. Mais la privatisation très sensible de l'aéroport de Blagnac, lancée comme un coup de blitz dans la torpeur de l'été par Emmanuel Macron, a mis le maire en délicatesse. Négociant avec les futurs actionnaires chinois une participation financière à ses grands projets de parc d'exposition ou de troisième ligne de métro, Moudenc ne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant