Haute-Corse: le maire de Sisco maintient son arrêté anti-burkini

le , mis à jour à 20:26
5
Haute-Corse: le maire de Sisco maintient son arrêté anti-burkini
Haute-Corse: le maire de Sisco maintient son arrêté anti-burkini

La décision ce vendredi du Conseil d'Etat de suspendre un arrêté municipal anti-burkini, n'est pas pour plaire à tout le monde. Le maire socialiste de Sisco (Haute-Corse), Ange-Pierre Vivoni, l'a immédiatement  fait savoir.

 

L'édile a en effet décidé de maintenir son arrêté «anti-burkini», pris au lendemain d'une violente rixe entre des Marocains de Furiani et des villageois dans sa commune mi-août, malgré la suspension par le Conseil d'Etat d'un texte similaire.

 

La plus haute juridiction administrative française a suspendu vendredi l'arrêté municipal anti-burkini de la commune de Villeneuve-Loubet (Côte d'Azur), avertissant les maires que toute interdiction de ces tenues de bain islamiques couvrantes devait s'appuyer sur des «risques avérés» pour l'ordre public.

 

Un risque de vie ou de mort, selon le maire

 

«Je ne me sens pas concerné par la décision du Conseil d'Etat», a déclaré le maire. «Mon arrêté n'était pas de la prévention, je l'ai pris pour la sécurité des biens et personnes de ma commune, je risquais d'avoir des morts !», a-t-il expliqué. Ange-Pierre Vivoni a rappelé avoir pris cet arrêté «pour protéger toute la population, y compris les musulmans».

 

Il estime que dans le contexte actuel, «il ne peut y avoir aucune provocation, de qui que ce soit». «Des musulmans m'ont remercié d'avoir pris cet arrêté, car leur religion prône la paix et l'entente des peuples», a-t-il ajouté.

 

Le volcan n'est pas éteint à Sisco

 

Cinq hommes soupçonnés d'avoir été impliqués dans une violente rixe sur une crique de Sisco le 13 août, ayant fait cinq blessés légers, seront jugés le 15 septembre devant le tribunal correctionnel de Bastia.

 

La bagarre avait opposé des villageois de la région de Sisco à trois frères marocains de Furiani. Ces derniers ont été reconnus par le parquet de Bastia comme étant à l'origine des incidents qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 il y a 4 mois

    Les jours avenir vont s'assombrir .....................

  • 300CH il y a 4 mois

    bin! voila on ba isse la culotte et les Ga uchos sont content, maintenant on voir en Corse, et si cette décision sera suivi? le maire oui "en + ya un Ps, enfin celui la fait de la résistance, mais pas le peuple, ça sera une autre affaire, il ne bais seront pas la culotte, comme nous les moutons de Francilien

  • M1531771 il y a 4 mois

    Notre salut viendra peut être de la Corse !

  • M8589793 il y a 4 mois

    Après la tuerie de Nice, la soumission aux provocations pronée par le conseil d'état est insensée. Espérons que de nombreux maires s'alignent sur la décision de celui de Sisco.

  • janaliz il y a 4 mois

    Il va falloir que fafa aille expliquer aux habitants....MDR !