Haut-Rhin : du bénévolat pour continuer à toucher le RSA dès janvier

le
15
Haut-Rhin : du bénévolat pour continuer à toucher le RSA dès janvier
Haut-Rhin : du bénévolat pour continuer à toucher le RSA dès janvier

Le Conseil départemental du Haut-Rhin commencera dès le 1er janvier 2017 à conditionner le versement du RSA à 7 heures de bénévolat hebdomadaire. Il le fera sans attendre que la justice administrative se soit prononcée sur cette mesure polémique, a confirmé lundi son président Eric Straumann (LR). En février,  dans un entretien au Parisien, Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, a opposé une fin de non-recevoir à l'initiative du Haut-Rhin.

 

Lors d'une conférence de presse à Colmar, l'élu a expliqué que le recours du préfet devant le tribunal administratif de Strasbourg n'est, en effet, pas suspensif. Dans leur délibération du 5 février dernier, qui a provoqué une vive polémique au niveau national, les élus du Haut-Rhin avaient décidé que les bénéficiaires du Revenu de solidarité active devraient réaliser des heures de bénévolat, sous peine d'être privés de leur allocation.

 

«Personne n'a vocation dans ce pays à se retrouver éternellement bénéficiaire du RSA», a répété, lundi, Eric Straumann (qui est par ailleurs député), évoquant une démarche de réinsertion dans la société. Pour la collectivité, le versement du RSA «est devenu aujourd'hui un poste de dépense lourd, aussi lourd qu'incontrôlable (...) Le système de financement est exsangue et le mécanisme d'insertion en panne», a t-il argué.

Le Haut-Rhin évalue le coût net du RSA pour la collectivité en 2016 à une «cinquantaine de millions d'euros». En décembre, le département sera «dans l'incapacité de faire face au financement des allocations à l'instar d'autres départements», selon lui.

 

D'ici au 1er janvier, plusieurs groupes de réflexion - intégrant notamment une quinzaine d'allocataires du RSA - plancheront sur la question pour préciser les contours du dispositif, notamment le public concerné et les types de missions de bénévolat proposées. Des «Assises des bénéficiaires du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH il y a 6 mois

    Qu'ils bossent un peu c fai néants, vivent aux crochets du contribuable FRANCAIS, je remets: il serait temps de demander une contre partie, QUE LOGIQUE....c'est votre argent, VOUS CONTRIBUABLES

  • michevey il y a 6 mois

    Même si cette initiative ne règle en rien le déficit du département, les seuls 46% de contribuables français peuvent au moins se dire que le racket fiscal dont certains font l'objet, a une "petite valeur de morale" !!!

  • M2286010 il y a 6 mois

    ecp: 1 300 € pour 20 heures/semaine, soit 2 275 € par mois de 35 heures. Cela donne un coût pour l'entreprise (salaire + toutes charges) de plus de 4 500 €. Créez votre entreprise et embauchez à ce tarif, vous m'en direz des nouvelles (inutile d'essayer d'exporter...).

  • M2286010 il y a 6 mois

    Ce peut être un marchepied pour un retour à l'emploi. Quoi qu'il en soit c'est une contrepartie minimale à la générosité de la Société. 7 heures/semaine: un début ?

  • M8252219 il y a 6 mois

    ECP1988 essayez donc de travailler 20 heures pour 1300 € et il n'y aura plus d'entreprises en France avec ou sans charges ?

  • M8252219 il y a 6 mois

    Excellente initiative pour remettre au travail ceux qui en sont éloignés.

  • alphalog il y a 6 mois

    sinon y a élu comme métier....C'est mieux payé que le RSA :)

  • jackie il y a 6 mois

    pourquoi simplement les faire travailler dans la fonction publique, il a d’autres moyens, et puis il me semble qu'il y a assez de fonctionnaires pour encadrer , qui eux pourraient bosser aussi

  • kicker il y a 6 mois

    Combien coûteront les fonctionnaires chargés de veiller à ce que les heures de bénévolat soient bien réalisés ???? Le RSA contre bénévolat c'est au mieux la création d'une nouvelle forme de fonction publique (si on perçoit le Revenu SA comme un salaire) au pire comme de l'esclavage (si on considère que l'allocataire DOIT travailler gratis). Bref, une nouvelle mauvaise réponse à un vrai problème: charges trop élevés d'un côté et nécessité d'encourager efficacement les gens à bosser DIGNEMENT.

  • jackie il y a 6 mois

    il serait temps de demander une contre partie, QUE LOGIQUE....c'est votre argent, vous contribuables