Hausses de prix et réformes de fond : ce qui vous attend en 2015

le
26
Hausses de prix et réformes de fond : ce qui vous attend en 2015
Hausses de prix et réformes de fond : ce qui vous attend en 2015

Bonne année, bonne santé, et... hausses de prix ! Telle est la tradition, chaque nuit du 31 décembre au 1er janvier. Et 2015 n'y coupera pas. Cette année, la valse des étiquettes sera particulièrement dansante, disons, dans plusieurs domaines. Les timbres ? Ils nous colleront avec un bond sans précédent de 7 %. Si vous êtes encore adepte de la bonne vieille lettre, n'hésitez donc pas à faire des stocks. Le prix du gaz chauffera à + 1,8 %. Dans les transports surtout, l'accélération sera nette. Le ticket de métro roulera à 1,80 ¤ (presque + 6 %...). Quant à la SNCF, elle vient de dévoiler une sacrée hausse de ses billets de train de 2,6 %, qui prendra effet dès ce soir, d'ailleurs. A noter que les plus fortes hausses tarifaires sont celles décidées par des entreprises publiques, avec l'aval de l'Etat donc. Une décision plus que surprenante au regard du contexte économique : ces derniers mois, les prix ont tellement peu progressé -- l'inflation avoisinera les 0,3 % cette année, et les 0,9 % en 2015 -- que les experts évoquent désormais le spectre de la déflation.

A la SNCF, la récente annonce d'une hausse de 2,6 %, officiellement pour financer des investissements ainsi que la maintenance des trains, a été d'autant plus critiquée que l'entreprise publique avait convoqué la presse il y a moins de deux semaines pour présenter en fanfare ses nouveaux uniformes, sans qu'il soit fait ce jour-là la moindre allusion à cette forte augmentation des prix à venir, pourtant connue en interne. La SNCF, elle, rétorque « qu'on ne mélange pas deux sujets », surtout quand l'un d'eux correspond à une « valeur interne ». Le groupe public va plus loin, jugeant qu'il a fait acte de transparence puisqu'il n'y avait « pas d'obligation de communiquer » sur ce sujet tarifaire... « Les Français ne comprennent pas que l'on sorte d'un chapeau de telles hausses tarifaires, cela pose un problème de confiance », regrette le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 1 jan 2015 à 11:59

    2445joye...Bien répondu à ce moukouf de mes deux...Ce Président par défaut n'a RIEN fait concernant les réformes de l'Etat, l'Europe et le monde entier ATTENDENT !!!...Par contre, il attend tranquillement une retraite DOREE, mais pas méritée du tout !!!...

  • M1310580 le mercredi 31 déc 2014 à 16:49

    la fonction publique vous fera payer cher son existence

  • jfvl le mercredi 31 déc 2014 à 15:10

    Une manière indirecte de faire "des économies" et d'augmenter les rentrées fiscales.

  • LERINS le mercredi 31 déc 2014 à 14:48

    Comme nos dirigeants n'ont pas le courage de réduire sérieusement les dépenses publiques pour ne pas heurter leur clientèle électorale (fonctionnaires, assistés, associations subventionnées, bénéficiaires des régimes spéciaux, etc.), il faut bien faire payer les consommateurs pour réduire le coût des subventions aux entreprises publiques et donc le déficit budgétaire afin de faire illusion auprès de Bruxelles. Ceux qui ont voté François Hollande pourront toujours méditer sur leur vote de 2012...

  • birmon le mercredi 31 déc 2014 à 14:36

    Le gouvernement cherche à créer de l'inflation sur les tarifs publics et réglementés. Ce faisant il va encore ralentir l'activité et obtiendra l'effet inverse et une accélération de la montée du chômage. Les technocrates bobos n'ont toujours rien compris.

  • M8252219 le mercredi 31 déc 2014 à 14:32

    Il manque encore:La TVA SOCIALE tous les français et d'autres en bénéficient tous doivent participer à son financement,LA RÉDUCTION DU NOMBRE DES FONCTIONNAIRES,plus 35000 en 2013,la RÉDUCTION DU NOMBRE DES DÉPUTÉS le plafonnement et la fiscalisation de tous leurs revenus et avantages,la SUPPRESSION DES RÉGIMES SPÉCIAUX,LE RETOUR AUX 39hs pour TOUS,la RETRAIRE À 65 ans pour TOUS,3jrs de DÉLAI DE CARENCE en arrêt maladie POUR TOUS:RÉFORMES INDISPENSABLES À FAIRE.

  • 11246605 le mercredi 31 déc 2014 à 14:10

    Ils nous ont dit que leur priorité était de faire revenir la consommation. Et comme d'habitude, c'est l'inverse qui se produit. Quand il faut continuer à payer pour le déficit des entreprises publiques, l'augmentation des fonctionnaires et une immigration galopante, il ne reste plus grand chose à dépenser pour soi.

  • lorant21 le mercredi 31 déc 2014 à 14:10

    Pour rire un peu, les sociétés d'autoroutes publiques qui restent (ATMB, SFTRF, ..) viennent d'être autorisées à relever leurs tarifs de 3%... En gros, les privées, c'est un scandale si elles augmentent de 0.57% mais les publiques, 3% c'est normal. Vive le privé!

  • M2286010 le mercredi 31 déc 2014 à 14:00

    Il est facile de gérer une entreprise publique (sauf la SNCM). Lorsqu'il manque de l'argent, on augmente les tarifs pour équilibrer plus ou moins...Après on s'étonne que nos politiciens, ex-ENA, ne comprennent rien aux affaires du privé...

  • M4314275 le mercredi 31 déc 2014 à 13:54

    Allez-y, lâchez vous, je marre.